Table des matières

Cette recherche s’intéresse à un mode d’apprentissage proposé par le physicien et philosophe David Bohm, le dialogue. La problématique à la base de l’étude est la fragmentation, associée par plusieurs auteurs à notre mode d’acquisition, de production et d'utilisation de la connaissance. Plusieurs scientifiques de la systémique ont attaqué cette problématique pour mettre de l’avant des théories, des approches et des outils qui puissent mener vers une appréhension globale de la réalité afin de bien considérer la complexité des problématiques qui nous confrontent. Cependant, il est reconnu que la systémique demeure insuffisante. Bohm amène l'idée que la fragmentation n’est pas associée aux résultats compartimentés et disciplinaires de nos activités de connaissances, mais plutôt à l’attitude mentale généralisée qui prédispose l’esprit à voir les séparations entre les choses comme absolues et définitives, plutôt que comme résultat d’un mode de pensée n’ayant qu’une utilité et validité relatives et limitées.  Au regard de la fragmentation, dont les racines sont intérieures au mécanisme même de penser, Bohm propose qu’une attention sérieuse portée au processus de penser pourrait amener vers une nouvelle façon de penser plus entière, moins fragmentée. Pour ce, il propose une approche singulière qui est la pratique du dialogue. La pratique du dialogue est considérée par certains comme un outil puissant permettant la formation d’un esprit recadrant, c’est-à-dire capable de remettre en question les modèles mentaux, qui souvent à notre insu, influencent la pensée. La problématique spécifique de notre étude est circonscrite à l’appropriation du dialogue qui, malgré son apport probable, demeure difficile et confuse, en raison de sa nature complexe. Relever les difficultés d’appropriation du dialogue au moment même où elles sont vécues par les participants pour les réinvestir immédiatement au processus du dialogue de Bohm, dans une perspective d’apprentissage, constitue le but de notre étude. Réalisée selon la démarche d’une recherche qualitative, l’étude a consisté, dans un premier temps, au déploiement d’une expérimentation de la pratique du dialogue, respectant l’esprit et le sens de la proposition de Bohm. La recherche-action réalisée avec un groupe de 25 participants s’est déroulée sur 8 mois. Dans un second temps, à travers une analyse de contenu des verbatims des séances de dialogue, choisies en alignement avec le but de notre recherche, notre étude relève les difficultés rencontrées dans la pratique et fait ressortir celles qui sont susceptibles d’entraver le dialogue. Il en ressort que les difficultés, qui en premier lieu sont perçues comme des obstacles, se sont avérées être, avec la pratique, des opportunités pour l’observation et l’exploration du processus de penser. Les résultats de notre recherche se veulent utiles aux participants, mais aussi à ceux qui voudraient s’initier à la pratique du dialogue ou à des communautés de chercheurs intéressés par le dialogue. L’étude contribue, par ailleurs, à enrichir l’état de la recherche sur le dialogue, à date peu développée.

Kim Liên Do, MBA

A Collaborative Inquiry into the lived experiences of Bohm's Dialogue

by Kim Lien Do

This descriptive, exploratory research explores the notion of Dialogue as proposed by the physicist/ philosopher David Bohm. Central to Bohm's thesis is the notion of fragmentation in relation to how we acquire, produce and utilize knowledge. The goal is a greater understanding of reality in all its complexity, focusing more on relationships and complete entities rather than parts and particulars. However, elaborating what constitutes systemic thinking is not, in itself, sufficient for Bohm. Instead of linking fragmentation to bounded enactments of disciplinary knowledge construction, Bohm proposes fragmentation as a pervasive and prevalent mental attitude, one that systematically re-enacts absolutist and definitive distinctions. In other words, fragmentation is rooted in the functioning of the mind itself. Bohm invites us to give serious attention to these thought processes and to resist fragmentation by becoming aware of its invasive presence via the practice of Dialogue. The assumption being that by becoming more aware of the prevalence of fragmentation our abilities to resist it or create alternative modus operandi will be enhanced. This practice of inquiring into our mental models is considered a powerful approach to re-frame our mindsets. Yet, the practice of Bohm's Dialogue is complex, often confusing and sometimes difficult. This research focuses on the appropriation of Bohm's Dialogue, to denote the difficulties of living “the Dialogue according to Bohm”. The study is action research based. Dialogue sessions composed of 25 participants took place over 8 month period. Analysis shows that the very difficulties and/or hindrances evoked by the Dialogue process often served as the essential elements necessary for in-depth exploration of both individual and collective thinking processes. Such findings will certainly be of interest to participant-practitioners of Bohm's Dialogue. In addition, such findings may also be of interest to those who wish to initiate themselves to this innovative practice. This study aims to contribute to research efforts pertaining to Bohm's Dialogue which are presently in their early stages of development.

La réalisation de cette recherche représente pour moi le fruit d’un processus d’apprentissage constamment stimulé et supporté par mon directeur de recherche, Monsieur Jacques Lapointe, par mon co-directeur de recherche, Monsieur Mario Cayer, ainsi que par ma conseillère, Madame Renée Fountain. Sans leur support indéfectible et leur direction confiante, patiente et autonomisante, cette thèse n’aurait jamais pu être réalisée. Leur disponibilité, leur savoir-faire, leur savoir-dire, leur savoir-écouter, leur savoir-être et leur sagesse m’ont accompagnée et nourrie le long de toutes les étapes de mon projet. C’est avec humilité et admiration que je remercie ces guides généreux, patients et profondément habités par un humanisme exceptionnellement dialogique. Je leur adresse mes profonds remerciements et toute ma gratitude.

Mes remerciements et ma gratitude s'adressent à Monsieur Thierry Pauchant et Madame Marie-Ève Marchand, qui ont spontanément accepté, malgré leurs préoccupations, d'agir respectivement comme examinateur externe et examinatrice de cette thèse. Par votre lecture active, attentionnée et minutieuse, vous avez contribué à travers des suggestions pertinentes à l'amélioration de la qualité générale de la thèse. Je vous suis profondément reconnaissante.

Cette recherche a été rendue possible, par ailleurs, par le support méthodologique des professeurs Serge Desgagné et Margot Kaszap. Je leur suis reconnaissante et je leur adresse mes sincères remerciements.

J’adresse mes chaleureux remerciements aux facilitateurs de la pratique du dialogue que sont Messieurs Clément Sirois et Gérard Ruelland. Leurs savoir-faire et leur savoir-être ont stimulé le goût du risque des participants dans leur appropriation du dialogue de Bohm ainsi que leur persévérance au cours des huit mois d’expérimentation. À Monsieur Michel Leclerc, qui a assuré les facilités logistiques des séances régulières de dialogue, je transmets mes sincères remerciements. Je voudrais souligner particulièrement la collaboration généreuse et constante de Mesdames Carole Sierpien et Loesha Lavoie qui se sont jointes au forum des facilitateurs pour une réflexion commune au regard du vécu du groupe et des pistes de facilitation.

Je remercie sincèrement les participant(e)s du groupe de dialogue. Sans leur collaboration soutenue, l’exploration persévérante du dialogue de Bohm n’aurait été possible. Christiane Blaser, Diane Bergeron, Estelle Boivin, Marie-Thérèse Bourbonnais, Denise Caron, Ginette Dumont, Marthe Gagnon, Hélène Guindon, Eliza Hoffman, Loesha Lavoie, Claire Savard, Carole Sierpien, Robert Bouchard, Cyril D’Almeida, Claude Couture, Paul Germain, Christian Lafrance, Jacques Lapointe, Michel Leclerc, André Ouellet, Gérard Ruelland, Clément Sirois, Bernard Vallée, Youssouf Sanogo, je vous réitère mes profonds remerciements pour votre participation authentique, entière et persévérante.

Je ne saurais exprimer toute ma reconnaissance envers Mesdames Marie-Thérèse Bourbonnais, Loesha Lavoie, Claire Savard et Carole Sierpien, Messieurs Christian Lafrance, Jacques Lapointe, Paul Germain et André Ouellet qui m’ont appuyée et soutenue dans la validation des catégories qui ont émergé de l’analyse des données. Leur participation généreuse m’ont permis de réaliser une recherche qui se veut collaborative, tant dans la collecte des données que dans son analyse.

Il me tient a cœur de mentionner l’aide généreuse de l’Université du Québec et de la Télé-université que j’ai reçue sous forme d’un congé prolongé, permettant de me consacrer entièrement à l’analyse des données et à la rédaction de l’étude.

Je ne saurai exprimer toute ma gratitude envers la docteure Geneviève Deviller, pour son accompagnement indéfectible et pour son écoute attentive dans les moments les plus angoissants de mon cheminement doctoral.

À Monsieur Jean-David Lafrance qui m’a soutenue dans la correction linguistique de la thèse, je dis merci pour sa collaboration.

L'affection de plusieurs m'a soutenue dans mon parcours d'apprentissage. Dominique Avoine, Andrée Babin, Louis Bélanger, Michèle Bélanger-Houde, André Bernier, Louise Bertrand, France Bilodeau, Jonathan Bouffard, Marie-Thérèse Bourbonnais, Hélène Brunelle, François Castelnérac, Diane Castelnérac, Jacques Daignault, Jacques Corbin, Denis Dion, Jean-Marc Dion, Kim-Anh Do, Kim-Vinh Do-Lascar, Benoît Dorval, Thinh-Dat Du, Viêt-Chung Duong, Yvan Duperré, France Fiset, Johanne Fortier, Jocelyne Fortin, Jean-Pierre Fournier, Marthe Gagnon, Claude Gendron, Pauline Giasson, Denis Gilbert, Émilien Gohier, Colette Groleau, France Henri, Danaletchmee Heron, Nathalie Houde, Yves Jean, Luc Lachapelle, Armande Lafrance, Johanne Lavigne, Loesha Lavoie, Nicole Lebrun, Michel Lebrun, Robert Maranda, Rénald Marchand, Jacques Marcotte, Anne Marrec, JeanPierre Masson, Cong-Trong Nguyen, Le Nguyen-H., Lucie Painchaud, Roger Paquin, Jean-Sébastien Pilote, Hélène Rainville, Nancy Rochon, Gisèle Tessier, Binh-Minh Thai, Ngoc-Phu Tran, Michel Umbriaco, Louis Villardier, Jean-Dominique Villeneuve, Kathleen Villeneuve, Pierre Vinet, Vincent Vinh-Hung, Ngoc-Can Vu, Han-Viet Vu, votre présence m'a été d'un réel soutien; je vous suis reconnaissante.

À mon grand ami Christian Lafrance, avec lequel j’ai partagé les joies et les affres du cheminement doctoral, je dis mille mercis pour sa collaboration généreuse et son tendre soutien indéfectible.

À mon grand ami Christian Lafrance qui a partagé avec moi, joies et affres du cheminement doctoral, je dis mille mercis pour sa collaboration généreuse et son tendre soutien indéfectible.

À ma chère enfant Marie-Dominique, ma chère sœur Kim-Thu, mon beau-frère Chinh-Liêm mes nièces Vân-Anh et Trâm-Anh, ma mère Thi-Phuong, qui m’ont tendrement encouragée et soutenue au cours de ce long cheminement, je dis merci du fond du cœur.