Table des matières

Le tébufénozide, un régulateur de croissance d’insecte, affecte le développement ainsi que certains aspects de la communication chimique et du succès reproducteur des deux sexes chez Choristoneura fumiferana (Clem.) et C. rosaceana (Harris) (Lepidoptera : Tortricidae), traités selon deux méthodes de traitement. Cet analogue de l’ecdysone augmente le temps de développement chez les deux espèces et réduit la masse corporelle des deux sexes chez C. rosaceana uniquement. Chez C. fumiferana , le tébufénozide retarde l’heure d’émission de la phéromone chez les jeunes femelles et perturbe la capacité des mâles à détecter et localiser une source phéromonale en tunnel de vol. Chez C. rosaceana , ce produit provoque un ralentissement de la maturation ovarienne et conséquemment une diminution de la fécondité des femelles. Également, la production des spermatozoïdes eupyrènes par les mâles ainsi que leur succès d’accouplement sont affectés par le tébufénozide.

Au cours des deux dernières années, plusieurs personnes ont contribué à parfaire mon cheminement académique et scientifique qui a mené à la rédaction de ce mémoire. J’en profite donc pour remercier le Dr Johanne Delisle, ma directrice, qui m’a fait confiance dès notre première rencontre en m’ouvrant toutes grandes les portes de son laboratoire. Merci pour ta grande disponibilité et ton implication constante tout au long de ma maîtrise ainsi que pour m’avoir démontré que la réussite est souvent le fruit de la persévérance et de l’ardeur au travail.

J’aimerais également remercier le Dr Éric Bauce, mon co-directeur, pour ses commentaires positifs et ses questions toujours bien pertinentes. Merci au Dr Jeremy McNeil pour son implication dans mon projet d’étude, pour ses excellents conseils et pour m’avoir fait profiter de son imposant savoir entomologique.

Je profite aussi de cette occasion pour remercier les employés du Centre de Foresterie des Laurentides (Ressources naturelles Canada) de m’avoir donné accès à l’ensemble des infrastructures ainsi que pour toute l’aide et le support qu’il m’ont fourni au cours de ces deux années. Merci également à toute l’équipe de la SOPFIM (Société de protection des forêts contre les insectes et les maladies) pour avoir accepté généreusement de financer une partie de mes études graduées. Un merci tout particulier à Denise Moranville, ma superviseure en milieu pratique, pour sa compréhension et sa grande gentillesse.

Je ne pourrais passer sous silence la grande contribution de Mireille Marcotte (étudiante au doctorat en entomologie) et Alain Labrecque (biologiste) dans la réussite de cette maîtrise. Merci Mireille pour m’avoir pris sous ta tutelle dès mon arrivée dans le laboratoire et pour tout le temps et l’énergie que tu as mis dans mon projet d’étude. Tu es une véritable perle que je n’oublierai pas de si tôt. Merci aussi à Alain pour tout le travail que tu as réalisé pour mener à la réussite de mes expériences et pour avoir réparé tant de fois le maudit chromato! Nos petites discussions vont bien me manquer.

Finalement, j’aimerais remercier mon petit amour Elliot pour avoir rempli ma vie de joie lors de son arrivée dans ma vie. Merci de m’avoir fait découvrir la plus belle chose qui soit à mes yeux: la maternité. Merci à Louis, mon conjoint, pour son soutien, ses encouragements et sa compréhension. Sans toi, je ne sais pas si j’aurais pu mener à terme ma maîtrise. Merci à ma mère, mon père et ma sœur pour leur aide afin que je puisse concilier mes études et ma vie familiale.

Cette étude a été rendue possible grâce au soutien financier de la Société de protection des forêts contre les insectes et les maladies (SOPFIM) et le Fonds pour la formation de chercheurs et l’aide à la recherche (FCAR). Un article dont le contenu se trouve dans le chapitre 1 sera soumis prochainement pour fin de publication et dont les co-auteurs seront Johanne Delisle, Alain Labrecque, Mireille Marcotte et Éric Bauce.