ANNEXE H Les propriétés psychométriques des traductions françaises des instruments utilisés dans l’étude

Table des matières

Trois instruments utilisés dans l’étude étaient des traductions françaises d’instruments au départ validés en anglais. La traduction de deux de ces instruments a été réalisée dans le cadre de cette étude ( Self-efficacy Scale et FACES II). La version française du Orientation to life questionnaire était disponible (l’échelle de mesure du sens de cohérence), mais aucune donnée n’était disponible au sujet de ses propriétés psychométriques. Elles ont donc été vérifiées dans le cadre de cette étude.

Sur le plan de la traduction des instruments, les étapes prévues dans la méthodologie ont été suivies (voir la section du protocole). Les instruments obtenus suite à ces démarches ont été administrés à un échantillon de 27 personnes ayant des incapacités. Ces données permettaient de vérifier les propriétés psychométriques des instruments et de les comparer avec la version anglophone initiale. Les données recueillies auprès des répondants de l’étude ont été soumises aux mêmes analyses. Les trois instruments sont considérés avoir des propriétés psychométriques satisfaisantes.

Les analyses des propriétés psychométriques de la traduction de l’échelle de perception d’efficacité personnelle ont permis d’améliorer la qualité de la traduction. Sur le plan de la cohérence interne, l’alpha de Cronbach était de 0,87 pour l’échelle générale (17 items) et 0,42 pour l’échelle sociale (6 items) (n = 27). Woodruff et Cashman (1993) avaient rapporté un alpha de Cronbach de 0,84 pour l’échelle générale et de 0,69 pour l’échelle sociale (n = 400), tandis que Sherer et Maddux (1982) avaient rapporté respectivement des valeurs de 0,86 et 0,71 (n = 376). L’item 4 de l’échelle sociale avait une corrélation item totale corrigée de – 0,36 et l’alpha montait à 0,66 si cet item était éliminé. Une correction de la traduction a donc été effectuée à cet item, éliminant la double négation qui pouvait porter à confusion dans l’interprétation de l’énoncé et donc du choix des réponses. L’analyse factorielle, dont les résultats détaillés sont donnés ci-après, faisait ressortir les mêmes difficultés avec cet item (tableau 32). Il est à noter que l’analyse factorielle de la traduction rapportée ici a été effectuée séparément pour les deux échelles.

Les propriétés psychométriques de l’échelle obtenues avec les répondants de l’étude, après avoir effectué les corrections mentionnées plus haut, sont améliorées (n = 53). L’alpha de Cronbach est de 0,90 pour l’échelle générale et aucun item n’a de corrélation item-total corrigée négative, la plus faible valeur étant 0,28 à l’item 1 et tous les autres étant plus grands que 0,34. L’échelle sociale a un alpha de Cronbach de 0,84, la plus faible corrélation item- total est de 0,50. Les résultats de l’analyse factorielle démontrent aussi que l’item 4 de l’échelle sociale, une fois corrigé, se comporte comme celui de la version anglaise, ne présentant plus une valeur négative.

Les corrélations observées avec les autres échelles à l’étude (tableau 17) appuient la validité de critère concurrente de ces échelles. Par exemple la corrélation de l’échelle de perception d’efficacité personnelle sociale et l’échelle de relation avec les autres du Test de personnalité PER .

La traduction française du FACES II démontre des qualités psychométriques qui se rapprochent de la version anglophone (n = 27). L’alpha de Cronbach pour l’échelle totale est de 0,89, il est de 0,87 pour l’échelle de cohésion (16 items) et de 0,78 pour l’échelle d’adaptabilité (14 items). Les résultats publiés par les auteurs du test sont quasi identiques, soit respectivement de 0,90, 0,87 et 0,78 (n = 2 412) (275). Aucun item ne corrélait de façon négative (corrélation item totale corrigée) avec l’ensemble des items. L’item 11 était celui qui présentait la plus faible corrélation avec 0,06. En ce qui concerne les analyses pour chaque échelle séparément, l’item 26 corrélait de façon négative avec l’échelle d’adaptabilité (-0,09) et l’item 12 avait aussi une faible corrélation (0,07).

L’analyse factorielle présente des résultats relativement différents comparés à ceux obtenus par les auteurs de la version anglaise (tableau 33) (analyse factorielle de l’échelle totale). Plusieurs items qui présentaient une faible corrélation item totale corrigée avaient aussi une faible valeur de saturation (items 11 et 26). Certains items avec une relativement faible valeur de saturation dans la traduction avaient aussi une faible valeur dans la version anglaise (items 12 et 24). Après inspection minutieuse de la traduction, les différences observées ont été attribuées davantage au petit nombre de sujets et à l’échantillonnage qu’à la qualité de la traduction. Certains écarts peuvent aussi être expliqués par le fait que la famille québécoise vit des bouleversements importants en comparaison avec la famille traditionnelle, ce qui modifie le patron de réponses (par exemple les items 4, 6 et 8). Aucune modification à la traduction n’a été effectuée à la lumière de ces résultats et cette version a été utilisée pour l’étude.

Les résultats obtenus auprès des répondants de l’étude sont équivalents : l’alpha de Cronbach pour l’échelle totale est de 0,90, il est de 0,89 pour l’échelle de cohésion et de 0,70 pour l’échelle d’adaptabilité. Toutefois, les items 12 et 24 présentent une corrélation item-total corrigée négative. En ce qui concerne particulièrement l’échelle d’adaptabilité, les résultats de ces items sont respectivement de – 0,32 et – 0,10. L’alpha devient 0,76 en enlevant l’item 12 et 0,74 en enlevant l’item 24 (au lieu de 0,70).

Sur le plan de l’analyse factorielle, les résultats des répondants de l’étude sont quelque peu différents des autres groupes. Les items 12 et 24 présentent une valeur négative dans l’analyse des composantes et leur corrélation item-total corrigée était aussi négative. Ces tendances sont aussi observées dans la version anglaise de l’instrument, ces deux items ayant les plus faibles valeurs de composantes (0,10 et 0,19). Ces deux items sont dans l’échelle d’adaptabilité et portent sur les règles dans la famille ou le couple. Le premier stipule que les règles sont difficiles à connaître et le second que les règles sont difficiles à changer. Il est possible que ces items soient considérés positivement ou négativement sur le plan de l’adaptabilité, selon l’interprétation des répondants, ce qui peut expliquer les valeurs observées. Le modèle théorique à la base de l’instrument peut permettre de comprendre pourquoi ces items se comportent différemment, car dans le modèle, une cohésion ou adaptabilité trop grande est aussi néfaste que si elle est trop faible. Globalement, les particularités de l’échantillon à l’étude et le relativement petit nombre de sujets peuvent expliquer les différences observées avec les autres échantillons.

Les propriétés psychométriques de l’échelle du sens de cohérence ont été vérifiées (13 items, n = 53). L’alpha de Cronbach est de 0,88, la plus faible corrélation item totale corrigée est de 0,23 (item 2), toutes les autres valeurs étant supérieures à 0,33 (les alphas rapportés pour cette échelle dans diverses études en plusieurs langues varient de 0,78 à 0,93 (10)). L’analyse factorielle démontre que le premier facteur explique 43% de la variance (valeur propre ( eigenvalue ) = 5,59), le second 11,3% (valeur propre = 1,47) et le troisième 8,8% (valeur propre = 1,15). Tous les items sont reliés positivement à la première composante, la valeur la plus faible étant 0,27 pour l’item 2 et tous les autres étant égaux ou supérieurs à 0,40. Les fortes corrélations observées avec plusieurs échelles du Test de personnalité PER tendent à démontrer la validité de critère concurrente de l’instrument (tableau 17)