Table des matières

Cette maîtrise m’a non seulement permis de découvrir un sujet, mais également des gens passionnant. Pour cela, je tiens tout d’abord à remercier Mme Sophie D’Amours et M. Daoud Aït-Kadi du département de génie mécanique de l’Université Laval, respectivement directeur et co-directeur des présents travaux de recherche, de m’avoir accueilli au sein de leur équipe et de m’avoir permis la réalisation de ces travaux dans de bonnes conditions. Leur support et leur confiance ont su me garder motivé et, grâce à eux, j’ai pu vivre de très belles expériences, que probablement un grand nombre d’étudiants n’auront jamais l’occasion de vivre.

Je tiens également à remercier l’ensemble de l’équipe du projet de valorisation des aides à la mobilité, réalisé en partenariat avec l’Institut de Réadaptation en Déficience Physique de Québec (IRDPQ) et la Régie de l’Assurance Maladie du Québec (RAMQ). Cette équipe est constituée de trois chercheurs, dont M. Daoud Aït-Kadi et Mmes Sophie D’Amours et Claude Vincent, de cinq étudiants aux études supérieures (Claver Diallo, Xavier Zwingmann, Mohamed Anouar Jamali, Caroline Cloutier et Hugo Dionne), tous de l’Université Laval, de trois intervenants de l’IRDPQ ainsi que M. Marcel Côté, représentant de la Direction des programmes hors du Québec et des aides techniques. Mes remerciements à Mme Claude Vincent, du département de réadaptation de l’Université Laval, d’avoir accepté de juger ce travail en tant qu’examinateur externe. Je ne peux passer sous silence l’appui et la pleine confiance de M. Christian Vancraenenbroeck, directeur du Programme des aides techniques de l’IRDPQ, M. François Routhier, ingénieur à l’IRDPQ qui assure le suivi du projet, de Mme Brigitte Gagnon, assistante de recherche au cours de la première année du projet et ergothérapeute à l’IRDPQ, ainsi que l’ensemble des intervenants du Programme des aides techniques de l’IRDPQ. Tous ces gens ont bien voulu participer et enrichir les présents travaux de recherche.

Des remerciements sincères également à M. André Langevin, professeur au département de mathématiques et de génie industriel de l’École Polytechnique de Montréal, d’avoir accepté avec plaisir de participer à l’évaluation de ce travail en tant qu’examinateur externe.

Un grand merci également pour le soutien et l’aide de tous mes proches qui, chacun à leur manière, ont su rendre ce travail d’autant plus agréable tout en y contribuant.

Dans ce mémoire, on traite de problèmes reliés à l’intégration et au pilotage des activités de logistique inversée au sein d’une organisation. Les activités de logistique inversée font référence à la récupération de produits inutilisés ou en fin de cycle de vie, à leur traitement et à la redistribution des matériels réutilisables. Pour illustrer les concepts abordés, un nouveau système organisationnel, qui représente le déroulement des processus opérationnels et l’exploitation des ressources de l’organisation (main-d’œuvre, matériel, équipement, etc.), et une architecture de support d’information ont été proposés pour la situation vécue par un centre de réadaptation. Celui-ci, comme l’ensemble des centres de réadaptation de la province de Québec, se voit désormais confronté à la récupération et au traitement de fauteuils roulants inutilisés de sa clientèle en plus des activités courantes d’attribution et de maintenance. Les concepts développés peuvent non seulement s’étendre aux autres centres de réadaptation, mais également s’appliquer avantageusement à plusieurs applications, autant dans le secteur de production de bien que de service.

Daoud Aït-Kadi Codirecteur de recherche

Sophie D’Amours Directrice de recherche

Marc Chouinard