Annexe 9 — Programme d’exposition du pavillon du Québec[169] (résumé[170])

Rédigé par le commissaire du pavillon, Jean Octeau, janvier 1965

Programme d’exposition

Ce programme est fondé sur cinq principes :

1) L’exposition du Québec en 1967 ne sera pas un simple étalage de produits ou de maquettes sans animation à la manière des expositions traditionnelles. Une exposition universelle impose à chaque pavillon une très forte concurrence qui exige de tous les participants la mise en œuvre des moyens les plus modernes et les plus variés.

2) Au moins la moitié des visiteurs du Pavillon seront des Québécois. Il faudra donc que le Pavillon révèle le Québec aux Québécois aussi bien qu’aux étrangers (Américains, Européens, ou autres).

3) Le Québec ne peut concurrencer les grandes nations sur le plan des réalisations scientifiques ou techniques, sauf dans de rares secteurs. Le programme d’exposition devra donc insister sur l’aspect humain de la réalité québécoise plutôt que d’afficher des prétentions plus ou moins justifiables.

4) Le Québec est engagé pour plusieurs années encore dans une époque de transition caractérisée par le contraste entre les éléments traditionalistes et les éléments progressistes. Il ne faudra pas craindre d’illustrer ce contraste dans la réalité sociale du Québec.

5) Aucune section ne retracera l’histoire du Québec, comme telle, mais le passé sera malgré tout constamment présent sous la forme de rappels historiques, de même que dans la reconstitution d’un intérieur d’époque [...].

Le programme est établi en fonction d’un circuit ininterrompu constitué de trois étapes qui illustreront successivement : 1. le milieu naturel québécois et le défi qu’il lance à l’homme; 2. le combat de l’homme avec ce milieu naturel; 3. la société et ses aspirations : l’élan d’un peuple vers l’avenir. Trois étapes caractérisées par trois mots-clefs : le DÉFI, le COMBAT, l’ÉLAN.

1re PARTIE : LE DÉFI - Le milieu naturel québécois

Ce premier élément doit marquer l’âpreté de la nature, mais aussi sa force, sa paix et sa beauté. Le visiteur doit « circuler dans ce paysage » (non pas passer devant).

1) L’immensité

le Saint-Laurent, véritable mer intérieure

la forêt, les lacs, les rivières

la roche, la neige, la glace

2) Le climat

rigueur

contraste des saisons

2e PARTIE : LE COMBAT - L’homme aux prises avec son milieu naturel

première partie : la conquête

3) Le combat contre l’immensité

Le transport dans les régions reculées

les modes de transport : route, chemin de fer, bateau, avion

les obstacles géographiques : rivières, montagnes, forêts, marécages

les points de pénétration : exploitations forestières,centres miniers, ports de la Côte-Nord, poste de l’Arctique

En marge, un rappel de l’expansion française en Amérique du Nord

coureurs des bois et explorateurs

leurs traces : la toponymie française

4) Le combat contre les rigueurs du climat

L’activité contre la neige et le froid

le déneigement

le travail dans les grands froids

les autos-neige

Les coutumes originales

les ponts de glace et la traversée en auto sur les lacs et les rivières gelés

la traversée du fleuve en canot l’hiver

les cabanes pour la pêche sous la glace

En marge, les hivers anciens

la maison

le vêtement

la carriole

les routes balisées

Deuxième partie : l’exploitation

Cette partie doit « mettre en relief le dynamisme de la nation au travail [...] le Québec comme un vaste chantier ».

5) L’eau

Le Saint-Laurent

le golfe et la mer : les côtes, les îles, la pêche maritime

la navigation maritime : le fleuve, le Saguenay, le port de Montréal

la Voie maritime

Les rivières

l’énergie hydro-électrique : Manicouagan, Bersimis, Beauharnois

le transport de l’énergie : les lignes du Saint-Maurice, les lignes Manicouagan-Montréal

En marge, les rappels historiques suivants

la navigation ancienne

les premiers chantiers maritimes

5)A l’aluminium

La bauxite

Les aménagements hydro-électriques Saguenay-Péribonka

Arvida, Île Maligne

6) La forêt

La vie et le travail en forêt

les principales essences

les chantiers et les exploitations forestières

Le transport du bois

les routes forestières et le charroi

le flottage, le dynamitage des embâcles

le transport par dalle humide

La transformation

les usines de pâtes et de papiers

les scieries

Les usages et l’exportation

le papier journal

les emballages

le livre, les papiers fins

le bois d’œuvre

le meuble

En marge, divers rappels historiques

les anciens chantiers

les trains de bois

la « drave »

le pin jaune : la maison, le mobilier

6)A La fourrure

La faune québécoise et la chasse

La pelleterie

Les usages et l’exportation

7) Le sol

Les spécialités, par ordre d’importance

l’élevage

les produits de l’érable

la pommiculture

le tabac

La physionomie rurale

la toponymie

un village-type

Rappels historiques

la lutte des premiers colons

la seigneurie

le rang

les coutumes, la vie courante

8) Le sous-sol

L’amiante

les centre miniers : Asbestos, Thetford

les usages et l’exportation

Le cuivre et le zinc

les centres miniers :Abitibi et Chibougamau, Murdochville

une ville minière modèle : Matagami

les usages et l’exportation

L’or

Divers métaux et leurs usages

le titane

le molybdène

le columbium

Le fer

les centres miniers : Schefferville, Gagnon

le transport : Sept-Îles, Port-Cartier

8)A L’aciérie

Thème qui symbolisera l’avenir du « combat » au Québec

9) L’industrie manufacturière

L’activité industrielle

les textiles

les produits alimentaires

les produits chimiques

les raffineries de pétrole

les distilleries

Les réalisations originales

l’industrie aéronautique : Canadair, Canadian Aviation Electronics, Pratt & Whitney

la construction mécanique : les chasse-neige (Sicard), les autos-neige (Bombardier), les autopompes (Thibault), les machines-outils automatiques (Sperry Gyroscope), les orgues (Casavant)

les vêtements d’hiver (Irving)

En marge, un rappel des industries d’autrefois :

les forges du Saint-Maurice

Terrebonne

10) La ville

La ville dans son caractère de surgissement spectaculaire : Montréal

la construction, les gratte-ciel

le métro

l’aéroport international

les autoroutes

le terrassement des îles pour l’Expo 67

La ville dans son aspect le plus familier : Québec

Un rappel historique du Vieux-Québec et du Vieux-Montréal

Troisième partie : le tourisme et les loisirs

« Il s’agit ici, bien entendu, d’un thème qui n’appartient ni au COMBAT ni à l’ÉLAN », c’est une incitation à visiter Québec et Montréal.

11) Le tourisme et les loisirs

Le tourisme

les Laurentides

les Cantons de l’Est

la Gaspésie

de Montréal à Tadoussac

Les loisirs et le sport

les sports d’hiver : le ski, le hockey

la chasse et la pêche sportives

3e ÉTAPE : L’ÉLAN - Les aspirations de la nation canadienne française

« Les aspirations d’une nation sont étroitement liées à son caractère profond. C’est pourquoi les deux premiers thèmes de cette dernière étape illustreront ce qui distingue le Québec, d’abord dans sa pérennité (L’héritage), puis dans sa transformation sociale (La métamorphose). »

Première partie : la société québécoise

12) L’héritage

Les origines françaises

La langue

La religion

La culture traditionnelle

l’architecture

le mobilier

les arts traditionnels

Une reconstitution historique

13) La métamorphose

L’apport anglo-saxon

Vers une société cosmopolite

les Juifs

les Italiens

les autres néo-canadiens

Vers un nouveau climat religieux

Vers une culture universelle

Deuxième partie : les aspirations, la solidarité

« Cette partie est la clef de voûte du Pavillon »

14) les aspirations économiques

La finance

la Société générale de financement

les Caisses populaires

L’orientation économique

L’expansion industrielle et le plein emploi

La recherche technique

15) Les aspirations sociales

L’éducation

les jeunes

les adultes

l’université

La santé, la recherche médicale

Laboratoire Selye

Institut Penfield

Institut de cardiologie

16) Les aspirations politiques

Le rôle particulier du Québec

L’épanouissement de la nation canadienne-française

les leviers de commande

les relations extérieures

17) les aspirations culturelles

La vie des écrivains et des artistes

L’activité culturelle en général

CONCLUSION : Québec, An 2000

Cette projection montrerait par exemple où en seraient rendus :

la conquête du territoire

l’exploitation des richesses naturelles

l’industrie de transformation

les principales conurbations, Montréal, Québec, Trois-Rivières, Chicoutimi, Sherbrooke

la finance

l’éducation

Elle donnerait enfin une image démographique du Québec à cette époque :

chiffre de la population

composition de cette population sous divers rapports



[170] . J’ai retranscrit intégralement l’introduction et les rubriques, mais les commentaires introductifs aux parties sont résumés.