Annexe 13 — L’exposition du Québec détaillée

LES ÉLÉMENTS D’EXPOSITION[175]

Le programme de l’exposition, fondé sur une conception résolument moderne du Québec, fait néanmoins la part du passé sous forme de rappels historiques et se déroule comme un véritable spectacle. Il rappelle la transformation du Québec traditionnel et agricole en une nation industrielle en pleine expansion.

Trois idées-thèmes résument ce programme : le défi, le combat et l’élan.

DEFI à l’homme que ce territoire immense et sauvage, qu’ont connu les premiers explorateurs français et où luttent, chaque jour, les bâtisseurs du Nouveau-Québec.

COMBAT de l’homme qui transforme ce territoire, qui s’adapte aux conditions d’un climat rigoureux et qui exploite les richesses du sol et du sous-sol.

L’ELAN de l’homme qui, devenu maître de son milieu naturel, cherche à se donner des structures économiques, sociales, politiques et culturelles qui répondent à ses aspirations.

À travers les éléments d’exposition qui ont été conçus à l’aide des techniques les plus modernes de l’art graphique, le visiteur perçoit la réalité québécoise.

Films, photographies, gravures, légendes, textes et objets stylisés ou réels apportent un supplément d’enseignements.

L’énumération détaillée de tous les éléments ne saurait donner une idée exacte de l’impression créée par la visite du pavillon. Car tous les éléments retrouvent leur véritable signification lorsqu’ils sont valorisés par leur contexte géométrique, la trame sonore et les jeux de lumière.

Cependant cette énumération permet de comprendre comment est illustré chacun des thèmes.

LE DEFI

L’interprétation symbolique a été utilisée au maximum pour illustrer ce thème du défi. Il s’agit de la première étape de la visite qui commence par une montée lente dans un des quatre ascenseurs circulaires, à double paroi, à l’intérieur desquels des formes, des taches et des objets stylisés sont multipliés à l’infini par un jeu de miroirs.

C’est ainsi qu’est représenté le milieu naturel et que sont évoqués l’immensité du territoire, le climat et la forêt, trois éléments qui défient encore, en certaines régions, la témérité de l’explorateur.

LE COMBAT

Le combat, c’est celui de l’homme qui affronte ce défi, qui transforme ce territoire, qui met en valeur les ressources qu’il possède, soit l’eau, la forêt, le sol, le sous-sol - ce qui donne naissance à l’industrie manufacturière et permet l’éclosion des villes. A chacun de ses aspects de l’activité humaine correspond une série d’éléments d’exposition.

Ces réalités sont matérialisées de diverses façons. Mais avant d’utiliser et de maîtriser ses ressources naturelles, le Québécois a d’abord dû conquérir les vastes étendues de forêt qui jusqu’alors avaient échappé aux explorateurs. C’est la conquête, le premier sous-thème du combat.

I- LA CONQUETE :

1- Objets suspendus :

1- ancre de bateau

2- traîneau eskimau

3- canot d’écorce

4- raquettes

5- fusils anciens

6- canon

7- roue de wagon (chemin de fer)

8- roue de camion ses éléments visuels

2- Montage typographique : explorateurs et conquérants :

Albanel - Jolliet - La Vérendrye –Des Groseillers – Nicolet – Champlain – La Salle – Iberville – Cartier

3- Carte : Expansion Française en Amérique Nord

Parcours des explorateurs

Villes au nom français et date de fondation.

4- Gravure ancienne :

Le coureur des bois

5- Murale (Photos) :

Immensité des lacs et rivières

6- Murale :

Photos d’hommes au travail dans la neige

7- Les films :

Le visiteur assiste à la projection, sur cinq écrans, d’un film montrant les diverses phases de la conquête. Les réponses apportées par l’homme au défi du territoire et du climat se retrouvent dans la vie de tous les jours : ponts, barrages et routes; bateau, chemin de fer, véhicule automobile et avion pour atteindre les régions éloignées; chasse-neige et brise glace qui ouvrent les voies de communication l’hiver.

8- Les drapeaux :

Conquête collective et vivante

9- Carte du Québec (silhouette) :

Ces drapeaux et cette carte nous rappellent que la conquête nous a donné un pays, une nation.

Après avoir conquis son milieu naturel , le Québecois l’a exploité. Ses principales ressources naturelles furent : l’eau, la forêt , le sol et le sous-sol.

II- L’EAU

Pour présenter cette richesse du milieu naturel, un film sur grand écran est projeté dans une enceinte circulaire. Il a pour sujet : le fleuve et la navigation; et les rivières et l’énergie. En dix minutes, le visiteur voit défiler des images de la navigation fluviale, de la pêche maritime, du port de Montréal et de la Voie maritime du Saint-Laurent. Après quelques rappels historiques, le film conduit à Beauharnois, introduction à la deuxième partie du spectacle : l’énergie. Celle-ci est évoquée par les barrages modernes, les lignes de transmission, l’électrification des villes et des campagnes.

III- LA FORET

Le visiteur passe ensuite à la forêt, représentée par un décor d’arbres stylisés où on retrouve les principales essences de nos forêts, et, illustrés de diverses façons, les thèmes de la faune, de la fourrure, de la vie en forêt, et de la transformation, de l’utilisation et de l’exportation du bois.

Voici une liste des éléments :

1- Assemblage de cubes peints : densité de la forêt.

C’est dans cet assemblage que sont déposés les objets suivants.

a) essences forestières : quatre bois durs : bouleau blanc et bouleau jaune, tremble, érable

b) essences forestières : quatres bois tendres : épinette noire et épinette blanche, pin gris et sapin baumier

2- La faune : trois sculptures sur bois : oie sauvage, gélinotte et loutre; panache d’original

3- La fourrure :

a) poste de traite ancien : divers objets composition à partir d’une gravure ancienne

b) chapeau de castor – XVIIe siècle

c) fourrures naturelles (castor) et travaillées

d) composition (gravure) : la première foire des fourrures à Montréal

e) deux films à déroulement continu :

Traite et chasse

Industrie de la fourrure de Montréal

La chasse et la traite de la fourrure fournissent l’occasion de mettre en relief les vastes étendues du Nouveau-Québec. Le rappel historique des voyageurs et des postes de traite de la Nouvelle-France permet de recréer le cadre légendaire d’une époque où la peau de castor était la monnaie d’échange la plus courante.

4- Le travail en forêt :

a) photo ancienne ( vers 1890 ) - bûcherons en forêt

b) gravure : ‘‘un train’’ de bois avec voile

c) murale ( photo ) : transport du bois sur la rivière Saint-Maurice

d) murale : une montagne de billes de bois à l’usine

e) trois photos anciennes sur le transport du bois

f) trois films à déroulement continu

Vie de bûcherons en 1967

Flottage et dynamitage

Mécanisation de la coupe du bois

Dans le domaine de l’exploitation forestière, on fait donc ressortir les contrastes entre les conditions de travail en forêt, il y a cent ans, et la mécanisation poussée qui caractérise les « chantiers » d’aujourd’hui.

5- L’industrie forestière et l’exportation

Cylindres suspendus symbolisant la production de papier journal

Montage typographique : types de journaux étranger (sur papier du Québec)

Film à déroulement continu

Exportation et utilisation à l’étranger de nos produits. L’exportation tient une place dans l’industrie forestière. Le fait que le bois du Québec soit utilisé un peu partout dans le monde sous forme de matériau de construction, de papier journal, de livre, de meuble, de contre-plaqué, et d’autres produits, démontre le rôle important que joue le Québec dans le commerce international. On peut suivre, sur un écran, le cheminement de nos exportations, depuis l’embarquement dans un port du Québec jusqu’à l’utilisation des produits sur place.

IV- LE SOL

Ce thème se divise en trois étapes : les rappels historiques ou l’enracinement; le reaménagement des régions rurales; la production agricole et la commercialisation.

1-Enracinement

Par des images et des documents d’époque, on s’attache à montrer que le défrichement, l’occupation du sol et l’agriculture sont l’expression d’une volonté d’enracinement qui explique la rapidité avec laquelle ont pris forme, dès le XVIIe siécle, un nouveau pays, une nouvelle nation.

Une carte des parties habitées de la Nouvelle-France montre le jalonnement des paroisses qui se sont partagé les rives du St-Laurent avant 1760. Cette carte permet également de mettre la valeur la toponymie la plus ancienne du Québec.

a) Un arbre (aspect paisible de la nature québécoise) surplombe les éléments de ce thème.

b) Carte ancienne (dessin refait) : les rives du fleuve et localités

c) Montage typographique : toponymes anciens des localités

d) Deux aquarelles : Rives du St-Laurent -18e siècle

Scènes de la campagne - XVIIIe siècle

e) Charpente à queue d’aronde – méthode ancienne de construction

f) Coutumes : deux gravures à l’intérieur de la charpente; conversation derrière clôture , charrette à foin et paysans.

2-Réaménagement des régions rurales

On utilise le passage de la ferme ancienne à la ferme mécanisée par le contraste entre le paysan du XIXe siècle qui était laboureur, charron, ébéniste tout à la fois et qui se vêtait des pieds à la tête par ses propres soins d’une part; et d’autre part le cultivateur de 1967, devenu consommateur au même titre que le citadin et qui dirige sa ferme comme une entreprise. À cet élément s’ajoutent des images sur le reboisement des sols impropres à la culture, la récupération des terres incultes, l’industrialisation de certaines régions et le reclassement de la main-d’œuvre.

a) Gravures et photos : contraste entre le paysan ancien et moderne

b) Ancienne roue de tombereau

c) Quatre photos : déboisement et reboisement (2)

récupération de terres incultes (Chateauguay)

industrialisation des campagnes

d) Photo : éducation des ruraux

3- Production agricole

Dans le domaine de l’élevage, on insiste sur la production laitière mais sans oublier le cheptel québécois. On met en valeur les réalisations de la Coopérative agricole de Granby, la plus grande entreprise du genre au Canada, qui se distingue depuis plusieurs années dans l’exportation de produits laitiers.

Une mappemonde met en relief les liens unissant le Québec aux pays importateurs notamment ceux d’Asie et d’Amérique du Sud.

a) Photo de la coopérative de Granby

b) Bidons de lait

c) Carte : exportation de produits laitiers

d) Produits québécois

1) L’érable

La production du sucre et de sirop d’érable, à cause du caractère original qu’elle a acquis au Québec, constitue, à elle seule, un élément d’exposition.

a) chaudière fixées aux arbres (photos)

b) quelques anciens moules à sucre

c) cube rempli de sirop

2) La culture de la pomme au Québec - Photo : verger

V – LE SOUS-SOL

1- Mine à ciel ouvert – aspect spectaculaire – dynamitage

Un vaste puits de mine, illustrant de façon stylisée une explosion à la dynamite, forme l’élément central de ce thème.

2- Murale : silhouette de hauts fourneaux

3- Amiante

Les immenses mines d’amiante à ciel ouvert, en particulier celle d’Asbestos qui est la plus vaste au monde, le paysage lunaire, dramatique et désolé des villes de l’amiante et les gigantesques travaux d’exploitation offrent un sujet de choix.

a) cube d’amiante

b) trois diapositives - couleur

- La mine d’Asbestos

- Chargement du minerai au fond de la mine

- Gisement de Baie Déception

c) les produits : garniture de frein

- une section d’un conduit (tuyau) en amiante-ciment

4- Carte : exportation des produits du sous-sol

5- Or : bloc

6- Cuivre

a) maquette (relief) d’une galerie d’une mine en coupe

b) cube de minerai brut

c) rouleaux de cuivre laminé

d) deux diapositives – couleur : - gros plan du minerai dans la galerie

- la coulée du cuivre à l’usine

e) maquette : Matagami, ville minière pilote

7- Columbium

a) turbine du réacteur PT6

b) ailette du turbine

8- Le titane : illustration de l’utilisation des pigments

9- Le fer

La mise en exploitation des gisements de fer de Shefferville qui a coïncidé avec l’appauvrissement des gisements américains du Lac Supérieur, a ouvert une ère nouvelle pour le Québec. Ainsi, le fer a remplacé l’amiante au premier rang des minéraux en ce qui concerne la valeur de la production annuelle. Métal de première importance pour l’industrie secondaire, il a pris au Québec une valeur mythique en tant que symbole de la puissance économique.

a) bloc de minerai brut

b) photo : transport du fer, Shefferville, Sept-Iles

c) deux diapositives : vues aériennes, mine de Shefferville, les spirales d’un concentrateur.

d) deux cubes contenant du minerai concassé

e) cube contenant du minerai concentré (paillettes) de fer pur.

10- L’acier

a) deux photos : homme à la coulée (vêtu d’amiante)

lingot sur wagonnet en route vers le laminoir

le laminoir

b) maquette : schéma illustrant les phases du laminage

c) rouleau d’acier en feuille

d) rappel historique : (gravure) les forges du Saint-Maurice

e) poêle des Forges

Parce que l’homme du Québec a su tirer profit de son milieu naturel, parce qu’il a maîtrisé ses ressources naturelles, il a transformé, un milieu hostile en un État industriel. Et c’est ce qui a provoqué la naissance des grandes agglomérations, les villes.

VI- L’INDUSTRIE

De longs cylindres rotatifs dont certains sont munis de roues d’engrenage symbolisent l’industrie. On souligne le fait que ce secteur d’activité économique représente environ les deux tiers de la production globale du Québec et qu’il fournit du travail à près d’un demi-million de personnes. L’élément d’exposition qui se rapporte à l’industrie se divise en deux parties : l’activité industrielle en général et les réalisations originales.

1- Cylindres (engrenage) en mouvement – activité industrielle

2- Activité industrielle en général

a) murale : lingots de cuivre (industrie de transformation)

b) photo : chaîne de montage à Sainte- Thérèse

c) photo : hélicoptères

d) films à déroulement continu

1) Textile

2) Industries diverses

Au lieu de dresser un inventaire complet à l’activité industrielle, deux films mettent en relief les principales industries du Québec : Les produits alimentaires, le vêtement, les produits chimiques, le pétrole, etc. On montre les éléments les plus spectaculaires de certaines industries, comme l’importance de la main-d’œuvre dans les textiles et la confection, les raffineries de pétrole vues la nuit, certaines carrières et cimenteries...

3- Réalisations originales

Le climat du Québec a certainement été l’un des facteurs déterminants – le génie inventif faisant le reste – dans la création de produits mécaniques originaux comme les chasse – neige, et les autos – neige. De même, l’importance des ressources forestières, minières et hydrauliques a favorisé la production d’équipement lourd et de machines-outils spécialisés.

a) Casavant : tuyaux d’orgues (étain et bois)

b) Bombardier : chenille d’auto – neige

c) Sicard : souffleuse à neige

d) Carte d’exportation

Industrie aéronautique

Machinerie lourde

Construction mécanique spécialisée

auto-neige

souffleuse

chaudière à chauffage

Electronique

Machines-outils

Orgues

VII- LA VILLE

Deux villes caractérisent bien l’aspect urbain du Québec : Montréal et Québec. Montréal carrefour international, est une vaste agglomération de deux millions et demi d’habitants qui reflète l’image du Québec, celle d’un vaste chantier. D’autre part, Québec, capitale et centre administratif, revêt un caractère traditionaliste et typiquement canadien-français.

1- Montréal, ville chantier

a) Assemblage de cubes symbolisant la ville chantier

b) Film à déroulement continu sur Montréal, ville-chantier

c) Assemblage de cube symbolisant l’activité et les lumières de la ville.

d) Murale : Montréal (circulation et lumière)

e) Rappel : gravure ancienne : Montréal au 18e siècle

Photo ancienne : déneigement de Montréal – fin du siècle dernier –

f) Film à déroulement continu : le déneigement

g) Film à déroulement continu : les Montréalaises au travail

2- Montréal, ville internationale

a) carrefour international – photos

Assemblée de l’OACI

Rue Dorchester

Navire du port

Déchargement au port

Aérogare de Dorval

Bourse de Montréal

Passagers montant dans un avion

Horloge universelle

b) Maquette : liaisons aériennes de Montréal avec le monde (30 villes)

3- Québec, la capitale

a) Québec – photos

Le parlement

Enfants qui patinent (aspect familier)

Gravure ancienne

b) vue générale de Québec

4- Le sport et le tourisme

a) Les sports : photos

Match de hockey

Maurice Richard en Tchécoslovaquie

Mont-Tremblant

b) Le tourisme : diapositives – couleur

Cantons de l’Est

Gaspésie

Saguenay

Charlevoix (comté)

Laurentides (hiver)

À ce stade du parcours, le visiteur aura fait le tour du pavillon. Il aura vu le Québec sous tous ses aspects, ce qui l’aura préparé à la dernière étape, l’ELAN, illustrée par un élément posé au centre du pavillon.

L’ELAN

L’ELAN, c’est celui d’un peuple qui, en dépit de tous les obstacles, désire conserver son patrimoine, son itendité et s’affirmer comme un nation véritable en terre d’Amérique, soit une nation en pleine métamorphose.

I - Le PATRIMOINE : l’héritage canadien-français est fait de quatre éléments principaux :

1- Les origines françaises

Illustrer les origines françaises, c’est d’abord mettre en relief, à l’aide d’une carte, les anciennes provinces en France qui ont fourni les plus forts contingents de colons à la Nouvelle-France. Cet élément permet de souligner des éléments historiques et de décrire la vie de tous les jours en Nouvelle-France

a)Photo : carte de France du XVIIe siècle

les provinces d’origine

b) Trois gravures anciennes :

Port de la Rochelle au XVIIe siècle

Costumes anciens

Intérieur d’une maison XVIIe siècle

b) Montage typographique : journal de 1667

2- La langue française : photo d’un vieux manuscrit

Préservée malgré toutes les vicissitudes de l’histoire, la langue française est devenue le symbole de la survivance. On s’attache à l’illustrer, selon une typographie originale, la langue d’avant 1760, héritée des vieilles provinces françaises, avec son cortège d’expressions originales encore en usage au Québec.

3- Religion : vieilles églises (8)

4- Les arts traditionnels

Une présentation originale de gravures, de photographies et d’objets met en valeur l’architecture et les arts traditionnels anciens.

a) quatre objets

b) Photo : armoire ancienne en pin (pointes en diamant)

c) Photo : la maison Chevalier

II- LA METAMORPHOSE

1- L’essor économique

La naissance de l’industrie au début du XIXe siècle transforme une société qui était, jusque là, essentiellement agricole.

a) gravure : billets de banque anciens

b) gravure : manufacture de chaussures au 19e siècle

2- Les Néo-québécois : film à déroulement continu

La venue au Québec d’immigrants d’origines diverses constitue une deuxième métamorphose. Les Néo-québécois qui ont contribué à donner à Montréal son caractère cosmopolite forment aujourd’hui une partie aussi importante de la société québécoise que le groupe anglo-saxon.

Les Juifs et les Italiens sont de loin les deux groupes ethniques les plus importants, suivis des Slaves et des Allemands. Un film retrace l’exode des immigrants au tournant du siècle, leur établissement au Québec, leur esprit d’entreprise et leurs réalisations jusqu’à nos jours.

3- Le Canada français d’outre frontière : Montage typographique

L’essaimage des Canadiens français dans tout le Canada et aux Etats-Unis, jalonnant leur passage de noms français, constitue une autre métamorphose.

4- Les aspirations économiques, sociales, politiques et culturelles

L’Elan vers l’avenir, synthèse des aspirations des Québécois se définit d’abord par le domaine économique, par une croissance accélérée, recherchée moins comme une fin en soi que comme gage d’un essor social et culturel.

a) Intégration et orientation économique : recherche scientifique

1- deux maquettes : exploration systématique du sous-sol (SOQUEM)

Pôles d’attraction économique

2- montage graphique : regroupement industriel (SGF)

3- Montage (pièces de monnaie) : communauté (caisse de dépôt) économique

4- Deux photos sur la recherche scientifique

Equations au tableau noir

Micro-photo au microscope électronique

5- Montage typographique : titres d’ouvrage scientifiques

b) Sécurité sociale et éducation

1- Graphique : école polyvalente

2- Photo : instruments et élèves

3- Trois photos : maternelle

couple âgé

servives récréatifs (parcs)

c) Urbanisme

Trois diapositives : réaménagement de la Petite Bourgogne.

d) Vie politique

1- deux caricatures

2- Montage : titres de journaux sur l’actualité politique

3- Trois photos : U.G.E.Q

Groupements féminins

Emission : Tirez au clair

e) Rayonnement culturel

1-deux diapositives couleur : Tableau de Riopelle, Tableau de Borduas

2- Montages typographiques : certains artistes à l’étranger

Leclerc, Vigneault, Ferland,

Monique Leyrac à Sopot,

Rideau Vert à Moscou et Leningrad

Littérature : Blais, Ducharne

Cinéma : Groulx, Bujold

Musique : O.S.M, Beaudry, Forrester

3- Photos : Jacques Beaudry

Monique Leyrac

4-Photo : Professeur québécois en Afrique

5-Montage typographique :

Association des Universités Partiellement ou Entièrement de Langue Française (A.U.P.E.L.F.) (55 universités)

Montréal : siège social

f) QUEBEC, AN 2000

1- La collectivité : montages graphiques

Casques d’ouvrier – travail en équipe

Cylindres en couleur – explosion

Niveau d’éducation et fréquentation scolaire

2- Trois cartes

Réseau routier projeté

Conurbation : 5 villes – nombre d’habitants

Principaux gisements miniers

3- Photo : enfants (génération an 2000)

4- Film

La visite au pavillon se termine par la projection d’un film d’anticipation sur le Québec de l’an 2000, préparé selon les méthodes les plus rigoureuses de la prospective.

La conquête et l’aménagement du territoire, l’exploitation des richesses naturelles, l’implantation des industries de transformation. L’expansion des centres urbains, le progrès social, tout au Québec connaîtra désormais un essor sans précédent grâce à l’effort concerté de la collectivité et de L’Etat.

Québec en l’an 2000 illustre de façon spectaculaire et fascinante l’épanouissement d’une nation.



[175] . Les éléments d’exposition , ANC, RG 71 Vol. 493 Québec S109. La mise en page respecte au mieux la présentation du document original.