Conclusion

L’analyse conjointe des déterminants psychosociaux de l’adoption de la télémédecine par les médecins et des caractéristiques organisationnelles ayant influencé l’utilisation de cette technologie dans les établissements représentait un défi de taille. En même temps, cette recherche répondait au besoin de considérer simultanément ces deux dimensions afin d’obtenir une meilleure compréhension des facteurs favorisant ou limitant le succès des projets de télémédecine. Ainsi, les principaux objectifs de l’étude ont été atteints.

Tout d’abord, notre recherche a permis de préciser les facteurs individuels qui influençaient l’intention des médecins pratiquant dans les établissements du RQTE d’adopter la télémédecine dans leur pratique. Les déterminants individuels de l’adoption de la télémédecine représentent des dimensions dont il faut tenir compte afin de rencontrer les conditions de succès d’un projet comme le RQTE. La formation des utilisateurs doit être planifiée de manière à rejoindre les aspects qui risquent d’avoir un impact sur l’acceptation, l’adoption et l’utilisation de la télémédecine par ces derniers. Les activités de promotion, de mobilisation et de soutien devraient également être orientées en fonction des déterminants psychosociaux du comportement d’adoption de la télémédecine. Contrairement à ce qui a été rapporté par les études précédentes, l’influence des normes professionnelles et sociales s’avère un élément important à considérer afin de comprendre le phénomène d’adoption de cette technologie par les médecins. Cependant, il importe de poursuivre les recherches sur les déterminants psychosociaux de l’adoption de la télémédecine car ces derniers pourraient différer selon le groupe d’utilisateurs, le type d’application de même que le stade d’adoption de la technologie. Afin de saisir l’ensemble des facteurs psychosociaux associés à l’adoption de la technologie, l’utilisation de cadres théoriques combinant plusieurs variables et permettant la prise en compte des dimensions individuelles, sociales et environnementales influençant les comportements est essentielle. De plus, l’adaptation des construits théoriques en vue de les rendre pertinents à la culture particulière des sujets à l’étude paraît incontournable.

Ensuite, cette recherche a réussi à identifier certains facteurs de nature organisationnelle (facteurs structurels, facteurs de contexte, facteurs d’ordre professionnel et facteurs liés aux relations inter-organisationnelles) influençant l’adoption des technologies de télémédecine dans les établissements participant au RQTE. Les résultats de notre étude exploratoire permettent de cerner les principales conditions du succès de l’implantation de la télémédecine dans le cadre particulier de ce projet. Ainsi, la technologie implantée semblait davantage correspondre à la mission, aux valeurs et aux besoins des centres hospitaliers situés à une distance importante des centres de référence. L’impact des facteurs professionnels et humains ressortait également de l’analyse des organisations puisque l’implication des gestionnaires et des professionnels à la mise en œuvre du projet de même que la participation des médecins à la prise de décisions concernant la télémédecine ont grandement influencé l’adoption de cette technologie au sein des établissements. Or, notre analyse se voulait avant tout exploratoire et de plus amples recherches sont nécessaires afin d’identifier d’autres éléments reliés à l’impact des caractéristiques structurelles et contextuelles des organisations sur l’intégration de la télémédecine dans le système de santé.

Par ailleurs, sans aller jusqu’à proposer un cadre théorique intégrateur des dimensions individuelles et organisationnelles associées à l’adoption de la télémédecine, cette recherche a néanmoins procuré des assises en vue du développement d’un tel modèle. En explorant certains des liens existant entre les dimensions individuelles et organisationnelles associées à l’adoption de la télémédecine, notre recherche a permis de concevoir différentes interactions possibles entre les facteurs associés aux individus et les caractéristiques des organisations dans lesquelles ils se situent. Toutefois, le développement d’un modèle intégrateur devrait également inclure une dimension temporelle afin de pouvoir considérer l’importance relative de ces deux dimensions selon les niveaux d’adoption de différentes applications de télémédecine. Un tel modèle permettrait aussi de mieux saisir la dynamique de l’influence mutuelle entre les facteurs psychosociaux individuels et les dimensions reliées aux organisations et à l’environnement et son incidence sur l’adoption de la télémédecine.

En somme, les résultats de cette recherche offrent plusieurs pistes de réflexion et d’intervention. En ce qui concerne les organisations impliquées dans le RQTE, elles pourront tirer parti des constats dégagés par cette étude afin d’identifier quels sont les obstacles à l’intégration de la technologie et de quelle manière orienter les stratégies visant à les surmonter. Des conditions favorables à l’adoption de la télémédecine dans la pratique des professionnels de la santé pourront également être crées au sein des organisations en se basant sur les résultats de cette recherche. Enfin, il sera possible de transférer les résultats de cette recherche à un ensemble d’acteurs impliqués dans la conception, le développement, la promotion, la gestion, l’utilisation et l’évaluation des projets de télémédecine au Québec et ailleurs dans le monde. Ces informations pourront, de surcroît, être utiles aux professionnels et aux administrateurs des établissements intéressés par l’utilisation de la télémédecine comme outil en soutien à la fourniture de soins et de services de santé.

Pour terminer, cette étude constitue un premier effort vers l’intégration de plusieurs dimensions à l’analyse des conditions d’adoption de la télémédecine dans le système de santé. Les évaluations de projets de télémédecine réalisées jusqu’à présent ont souvent abordé les enjeux technologiques, économiques et cliniques de cette technologie. Or, les dimensions organisationnelles, professionnelles et individuelles sont tout aussi importantes à considérer. Cette recherche a permis, notamment, d’identifier des éléments qui contribuent à faciliter l’adoption des technologies de télémédecine par les professionnels et par les organisations. En définitive, il paraît essentiel de procéder à une analyse approfondie des facteurs d’adoption individuels et organisationnels de la télémédecine pour mieux encadrer l’introduction de cette technologie dans différents contextes.