Conclusion

Les hypothèses énoncées dans l'introduction de ce mémoire ont été vérifiées. En effet, lors de l'évaluation post-opératoire, à la fin du séjour hospitalier, la flexion active maximale du genou était comparable dans les trois groupes, de même que l'extension du genou et la capacité fonctionnelle. Enfin, la durée du séjour hospitalier était également similaire dans les trois groupes à l'étude.

L'ajout d'applications de CPM d'intensité faible ou modérée a l'intervention usuelle de physiothérapie immédiatement après une AG primaire n'entraîne donc pas de bénéfices additionnels sur la flexion active maximale du genou, l'extension du genou et la capacité fonctionnelle à la fin du séjour hospitalier, soit en moyenne huit jour après la chirurgie. De plus, la durée du séjour hospitalier n'est pas influencée par ces applications de CPM.

La non-efficacité à court terme des applications de CPM a été démontrée. L'intervention usuelle de physiothérapie seule contribue à réaliser les objectifs de réadaptation chez les patients opérés pour une AG primaire. L'utilisation de ces applications de CPM ne devrait donc pas se faire de façon routinière chez cette population

La pertinence d'utiliser des applications de CPM pour d'autres pathologies ou situations qui affectent la flexion du genou reste à être démontrée