Collection Mémoires et thèses électroniques
AccueilÀ proposNous joindre

Annexe 7 : Autres catégories liées à l’utilisation du condom selon le modèle de Triandis

1. Croyances comportementales

Les croyances associées au comportement (ou croyances comportementales) portent précisément sur les aspects affectif et cognitif reliés à l’usage du condom avec une travailleuse du sexe. Pour illustrer ces aspects, les avantages et les désavantages du recours au condom perçus par les participants seront présentés.

a) Avantages de l’usage du condom

Les principaux avantages perçus par les participants en ce qui a trait à l’usage du condom sont le fait de prévenir les IST et le sida, de conserver la conscience tranquille, d’éviter de risquer sa vie et d’empêcher les grossesses non désirées.

Prévenir les IST et le sida. Le principal avantage rapporté par les participants, et de façon unanime, est le fait de prévenir les IST/sida et de rester en santé.

Conserver la conscience tranquille. Le fait d’éviter les IST et le sida fournirait un second avantage aux hommes interrogés pour porter le condom. De fait, cela permettrait de conserver leur conscience tranquille et de se sentir en sécurité. Au contraire, à l’idée de ne pas recourir au condom avec une travailleuse du sexe, un sentiment de crainte et un certain regret anticipé se dégageraient du discours de quelques hommes interrogés. Un participant avoue même qu’il se sentirait incapable d’avoir un rapport sexuel sans protection. Certains participants craindraient même que le condom ne se déchire.

Éviter de risquer sa vie. En plus des avantages précédents, le port du condom éviterait aux participants de risquer leur vie. De plus, dans le discours de quelques participants, un sentiment de désespoir serait palpable. Le fait que certains d’entre eux ne tiennent pas à la vie les feraient prendre des risques ou jouer avec le danger. En agissant ainsi, ils mettraient celle des autres en péril.

Empêcher les grossesses non désirées. Quelques petits amis et partenaires sexuels non payants affirment avoir recours au condom seulement lorsque leur petite amie risque de tomber enceinte. Dans ce cas, le recours au condom constituerait un avantage pour les petits amis.

b) Désavantages de l’usage du condom

Le seul désavantage relié à l’usage du condom que les participants ont rapporté est la réduction des sensations et du plaisir[123]. Pour certains participants, ce manque de sensation prolongerait l’acte sexuel et irait même jusqu’à les empêcher de jouir. Au contraire d’autres hommes interrogés ressentiraient exactement le même plaisir avec le condom et affirment que la perte de sensation serait psychologique. Ces derniers ne verraient aucun désavantage à l’usage du condom.

2. Croyances normatives

Les croyances normatives ont trait aux normes sociales, c’est-à-dire à ce qui est approuvé ou non socialement. Dans le discours des participants il est fréquent d’entendre qu’il est un devoir ou une obligation pour eux de se protéger avec une travailleuse du sexe. Cela montrerait qu’ils ont intégré une partie du discours social. C’est pourquoi, dans la catégorie qui suit, il est question des personnes ou groupes de personnes perçues par les participants qui approuveraient ou désapprouveraient l’utilisation du condom avec les travailleuses du sexe et qui influenceraient leur comportement.

a) Les personnes qui approuvent l’utilisation du condom avec les travailleuses du sexe

Selon les hommes interrogés, les personnes ou groupes de personnes qui seraient en faveur du recours au condom avec les travailleuses du sexe seraient nombreuses. En effet, plusieurs participants affirment que tout le monde serait d’accord avec ce comportement. De plus, les agents de santé, par l’intermédiaire des médias, seraient aussi favorables à ce comportement tout comme la famille, les amis et l’entourage de façon générale. En outre, les personnes qui approuveraient le recours au condom avec les travailleuses du sexe selon les participants seraient perçues comme étant bien informées, prudentes, honnêtes, conscientes et attentives à leur santé. Elles penseraient à leur avenir et à celle des autres hommes.

b) Les personnes qui désapprouvent l’utilisation du condom

Les personnes ou groupes de personnes qui désapprouveraient l’utilisation du condom avec les travailleuses du sexe seraient plus rares que les précédentes selon les hommes interrogés. Cependant, selon les participants, ceux qui désapprouveraient le recours au condom seraient plutôt de jeunes hommes qui n’aiment pas et n’utilisent pas la capote, les clients et les partenaires sexuels de travailleuses du sexe qui refuseraient de croire au sida ou qui seraient catégoriquement contre le condom et les personnes qui n’ont pas reçue d’instruction et qui entretiennent de fausses croyances[124] à l’égard du condom.  Par ailleurs, un homme interrogé précise aussi que la religion, catholique en l’occurrence, a déjà été contre l’usage du condom et ce même avec les travailleuses du sexe.

Enfin, les personnes qui désapprouvent le recours au condom seraient perçues par les participants comme étant méchantes voire criminelles puisqu’elles encourageraient les autres à ne pas utiliser le condom. Ces personnes, selon quelques hommes interrogés, seraient d’autant plus malveillantes qu’elles ne feraient pas nécessairement ce qu’elles conseillent aux gens.



[123] Malgré que la question ait été posée aux participants concernant leurs rapports sexuels avec les travailleuses du sexe, plusieurs d’entre eux ont répondu pour leurs rapports en général (incluant les travailleuses du sexe).

[124] La principale croyance rapporte que le sida se trouverait dans le condom même et que ce serait les blancs qui l’y auraient introduit.

© Emmanuelle Bédard, 2005