Collection Mémoires et thèses électroniques
Accueil À propos Nous joindre

 

Table des matières

Les conséquences de l’hybridation dans les processus évolutifs demeurent, en grande partie, inexplorées chez les animaux. Sachant qu’il y a hybridation entre les anguilles américaines ( Anguilla rostrata) et européennes ( A. anguilla ), l’objectif de cette étude était de documenter la dynamique de l'hybridation afin de mieux comprendre son importance évolutive pour les deux espèces. Les génotypes AFLP de 1127 anguilles furent utilisés afin d’identifier les individus hybrides et évaluer la dynamique de l’hybridation. Les résultats démontrent que i) une proportion importante (15.5%) des anguilles islandaises sont hybrides, ii) les hybrides de première génération sont fertiles et se reproduisent, iii) en Islande, la proportion d’hybride est plus importante dans le stade de vie anguille jaune et iv) la distribution des hybrides est quasi-exclusive à l’Islande où leur proportion augmente avec la latitude. Ainsi, les résultats démontrent que l'hybridation peut influencer les processus évolutifs chez les animaux et qu’elle devrait être considérée plus formellement.

Since only few studies have evaluated fitness beyond the first hybrid generation, the evolutionary processes as well as the potential outcome of natural hybridization remain largely unexplored in animals. Knowing that hybridization occurs between American and European eels ( Anguilla rostrata and A. anguilla ), t his study aimed at documenting the dynamics of natural hybridization in order to better understand its potential evolutionary impact for the two species. AFLP genotypes of 1127 eels were used to identify hybrid individuals and evaluate dynamics of hybridization. Results provide evidence for i) an overall hybrid proportion of 15.5% in Iceland, ii) the occurrence of viable later generation hybrids, iii) a higher proportion of hybrids in the yellow eel samples, and iv) quasi-exclusive distribution of hybrids in Iceland where they tend to increase in proportion with latitude. This study thus demonstrates that natural hybridization can have an influence on evolutionary processes in animals and should be considered more formally.

Trois années se sont écoulées depuis le début de mon projet de maîtrise. Aujourd’hui, c’est avec une immense fierté et un bonheur intense que je vous présente l’accomplissement de ces années de travail à la fois fascinantes et exigeantes. Bien au-delà des acquis scientifiques, je ressors de cette expérience grandie sur le plan personnel, social et professionnel. L’effort et le temps consacrés à la réalisation de mes objectifs m’ont appris à repousser mes limites et à toujours persévérer. C’est avec plus de confiance, d’assurance et de détermination que je surmonterai les différentes étapes de ma vie future.

Malgré les efforts et la détermination, l’aboutissement de mon projet aurait été impossible sans la contribution et le support de plusieurs personnes que je tiens ici à remercier sincèrement.

Tout d’abord, j’aimerais remercier mon directeur de recherche, Louis Bernatchez. La grande confiance qu’il m’a accordée m’a permis une grande marge de manoeuvre rendant l’expérience encore plus formatrice. Malgré les embûches, il m’a permis de croire en mes capacités et m’a appris à persévérer. Louis est un chercheur extrêmement motivé et motivant qui donne le goût de relever de nouveaux défis. Merci pour ses commentaires pertinents, formateurs et pour son soutien constant. J’aimerais aussi le remercier sincèrement pour les expériences uniques, enrichissantes et inoubliables qu’il m’a permis de vivre en m’offrant de participer à des évènements scientifiques internationaux.

Merci à un collaborateur indispensable, Bjarni Jónsson. Dès le départ, il nous a fait entièrement confiance. Son intérêt marqué pour les anguilles et leur écologie ainsi que ses connaissances intarissables sur l’écologie des poissons en Islande ont inspiré ma réflexion. En plus de pourvoir une grande partie des échantillons de mon projet, il m’a accueillie chaleureusement et généreusement à deux reprises. Grâce à Bjarni, j’ai pu découvrir l’Islande et sa richesse culturelle.

Il me serait impossible de passer sous silence l’importance de tous les membres du laboratoire. La dynamique d’entraide qui entoure le groupe rend les journées beaucoup plus agréables. Ce fut un réel plaisir de passer ces années en leur compagnie. Plus précisément, j’aimerais mentionner les conseils et la présence de Mélissa, Catherine, Guillaume, Lucie, Robert, Émilie et Mélanie. Merci aussi à Sean, Dylan, Anne-Marie, David V., David C. et Pierre pour leur intérêt et leur support scientifique.

Je ne pourrai jamais remercier suffisamment ma famille pour leur support et leurs encouragements. Ils m’ont toujours poussé à me dépasser. Leur dévouement est remarquable et m’a amener à viser haut et loin. Merci à Maxime pour sa patience au cours des longues semaines de travail. Malgré les hauts et les bas dans mon projet, il a toujours été là. Sa compréhension m’a beaucoup encouragé et m’a aussi permis de garder mes priorités en place. Une mention spéciale à Marie-Hélène pour ses commentaires sur le mémoire. Finalement, merci à tous mes ami(e)s. Leur présence, leur joie de vivre et leur amitié ont rendu mes moments de divertissement intenses et inoubliables…

Merci à tous!

Au moment de faire mon dépôt initial, le chapitre 1 était soumis à la revue Molecular Ecology. Les coauteurs du chapitre 1 ont contribué à ma supervision (L.B.), ainsi qu’au travail considérable de terrain (B.J.). Le travail de laboratoire, les analyses et la rédaction furent réalisés par moi-même, bien entendu sous la supervision et les conseils de mon directeur et mon collaborateur. Au moment du dépôt final, le chapitre 1 était accepté pour publication dans la revue Molecular Ecology.

Enfin, ce travail n’aurait pu avoir lieu sans le support financier du Fonds québécois de la recherche sur la nature et les technologies (FQRNT), du groupe interinstitutionnel de recherches océanographiques du Québec (Québec-Océan) et du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG).

© Vicky Albert, 2006