Collection Mémoires et thèses électroniques
Accueil À propos Nous joindre

Introduction générale

Le travail est au coeur du débat que toute société entretient avec elle-même. Ce débat concerne justement la place du travail dans nos vies, les formes revêtues par ce dernier et les conditions à l’intérieur desquelles il s’exerce. Bien que les questions relatives au sens du travail ne soient pas nouvelles, la lumière reste encore à faire sur le rapport au travail des nouvelles générations de travailleurs. Tandis que certains auteurs font une lecture plutôt sombre de la relation qu’entretiennent aujourd’hui les jeunes par rapport au travail, les autres ont plutôt tendance à croire que ce dernier occupe toujours une place privilégiée dans la vie des jeunes, précisément parce qu’il demeure un important repère identitaire, qu’il répond au besoin d’association et d’appartenance, qu’il est source de statut et de reconnaissance.

Parmi les changements de situation que traversent les individus au cours de leur existence, l’insertion professionnelle est sans doute l’une des transitions les plus difficiles et importantes à réaliser. Nombreux sont à cet égard les jeunes qui choisissent, en poursuivant plus longtemps leurs études, de reporter à plus tard leur entrée sur le marché du travail. L’insertion professionnelle représente un moment clé de l’existence. Ce passage vers la vie adulte implique un important changement de rôle et s’accompagne d’une restructuration des valeurs au cours de laquelle les représentations et les aspirations jadis entretenues à l’égard du travail – et de la vie hors travail – se voient confrontées à la réalité désormais vécue en emploi. Compte tenu des conditions à l’intérieur desquelles ils doivent aujourd’hui s’insérer, les jeunes se voient dans l’obligation de réviser leurs attentes et leurs représentations de la réalité professionnelle et d’apprendre à négocier avec les incertitudes et les imprévus inhérents aux nouveaux contextes d’insertion. Cela dit, comment et pourquoi les représentations entretenues envers le travail et les valeurs accordées à celui-ci se transforment-elles, et quelles sont les sources de tels changements?

C’est précisément sur ce remaniement des attentes et des représentations que repose tout l’intérêt de ce projet de recherche. La question des aspirations au travail est au coeur de la démarche théorique développée dans ce mémoire. Ces dernières jouent un important rôle dans la définition des attitudes et des attentes professionnelles, qui à leur tour influencent les satisfactions et frustrations rencontrées au travail. Les aspirations ainsi formulées par un individu à un moment de son existence donnent par ailleurs corps au rapport qu’il entretient vis-à-vis le travail à cette étape de sa vie; la notion d’aspiration ouvre nécessairement sur celle de rapport au travail. Cela dit, cette étude s’intéresse particulièrement à l’évolution des aspirations et du rapport au travail des jeunes au fil du temps, et cherche de surcroît à vérifier l’incidence de l’insertion professionnelle sur les changements observés.

Pour mener ce projet à terme, nous avons opté pour une démarche qualitative. Au total, quatorze entretiens ont été réalisés auprès de jeunes travailleurs issus de différents secteurs d’activité et actuellement en processus d’insertion professionnelle. Trois moments de leur existence étaient ainsi à l’étude : le cheminement scolaire , la trajectoire professionnelle actuelle et celle envisagée pour l’avenir . Une fois ces moments identifiés, il s’agissait ensuite de connaître les aspirations au travail formulées au cours de chacune de ces étapes et de les resituer dans le contexte qui les a vu naître. L’idée de changement – entre ce qui était désiré au cours du cheminement scolaire et ce à quoi les jeunes aspirent pour l’avenir compte tenu de leur situation d’emploi actuelle – est au coeur de notre démarche qui se veut inductive puisqu’il s’agit d’une enquête exploratoire.

Le premier chapitre de ce mémoire présente une description sommaire de la situation actuelle des jeunes sur le marché du travail ainsi qu’un premier portrait de leur rapport au travail tel que documenté dans la littérature scientifique. Le deuxième chapitre tente pour sa part de cerner l’idée d’insertion professionnelle et de fournir quelques pistes pour saisir l’implication de cette transition sur le plan personnel. Le troisième chapitre s’intéresse par la suite à la question des aspirations au travail et cherche à définir les contours de cette notion en vue de la rendre opérationnelle sur le terrain. Ce chapitre expose par ailleurs la méthodologie employée pour mener cette enquête ainsi que notre méthode d’analyse. Les deux derniers chapitres présentent pour leur part les principaux résultats de notre étude. Le quatrième chapitre fait d’une part le point sur la notion de rapport au travail telle que définie dans la littérature, puis propose différents types de rapport au travail construits à partir des témoignages de nos répondants. Ce n’est que dans le cinquième et dernier chapitre de ce mémoire que les rapports au travail des jeunes, tels que formulés à trois moments de leur existence, sont mis en relation afin de connaître les changements qui se sont produits sur le plan des aspirations, et l’incidence de l’insertion professionnelle dans ce processus.

© Mélanie Anctil, 2006