Collection Mémoires et thèses électroniques
AccueilÀ proposNous joindre

Conclusion

Au 16ième siècle, lorsque Eustachius a découvert ces « glandes à la fonction inconnue » (glandulae quae renibus incumbent), ce père de l’anatomie n’aurait jamais pu anticiper à quel point la description de sa découverte conserverait encore, 500 ans plus tard, un certain fonds de vérité.

Aujourd’hui, il reste malheureusement encore trop de questions sans réponses définitives en ce qui concerne la fonction des surrénales chez les traumatisés et plus globalement chez des patients en état critique. D’ailleurs, notre étude en soulève de nombreuses.

Malgré ses limitations, notre étude démontre que l’effet de l’étomidate est probablement néfaste sur la réserve surrénalienne jusqu’à 24 heures et possiblement jusqu’à 48 heures. De plus, plusieurs associations inquiétantes ont été soulevées quant à l’impact de l’étomidate sur la mortalité et sur la morbidité. D’autres études devront être réalisées pour continuer le travail amorcé.

En médecine d’urgence et en soins critiques, plus d’études portant sur les décisions thérapeutiques rapides prises à tous les jours dans le feu de l’action sont nécessaires. Il est primordial que les décisions prises sur le choix d’un agent inducteur par exemple puissent être les meilleures possible et qu’elles profitent aux patients. Il est difficile de trouver des études qui nous permettent d’évaluer l’impact à long terme de ces décisions rapides que nous prenons. Il est aussi important de continuer à remettre en question les certitudes que nous croyons détenir en médecine et à tendre le plus possible vers une médecine fondée sur les données probantes. Ceci ne remettra pas en question l’aphorisme de Sir William Osler qui a énoncé que « la pratique de la médecine est un art basé sur la science », mais pour mieux pratiquer notre « art » il faudra continuer d’améliorer la science qui la soutient.

© Patrick Archambault, 2007