Chargement...
[Précédent] [Suivant] [Retour aux résultats]
Comprendre la construction du "moratoire administratif" sur l'exploration/l'exploitation uranifère: l'influence des coalitions allochtones et autochtones


:

De courts extraits de mémoires ou thèses peuvent être copiés sans l’autorisation de l’auteur à condition que celui-ci soit dûment cité. Afin de respecter le droit d’auteur, celui-ci doit autoriser préalablement tout emprunt dépassant l’utilisation équitable .
Lien permanent:  
Résumé:

Au début des années 2000, des régions du Québec ont été l’objet d’une vague d’exploration uranifère suite à la hausse importante de son prix sur les marchés. Ces projets d’exploration ont été confrontés à de vives mobilisations citoyennes et politiques qui remettaient en question l’expertise de l’industrie et la capacité du Québec à protéger l’intérêt public ainsi que l’environnement. Prenant appui sur l’analyse des coalitions de cause, ce mémoire cherche à expliquer la prise de décision du gouvernement du Québec de suspendre les certificats d’autorisation (en d’autres mots, d’imposer un moratoire administratif) pour la filière uranifère alors même que son projet le plus avancé, le projet Matoush, avait reçu toutes les approbations administratives. En étudiant et en comparant les coalitions de cause mobilisées sur cet enjeu et leur influence sur les gouvernements québécois successifs, cette recherche vise également apporter un nouvel éclairage sur des éléments d’analyse peu développés par l’approche des coalitions de cause.

Abstract:

In the early 2000s, Quebec regions had a surge in uranium exploration after the substantial increase of the uranium prices in the markets. These uranium exploration projects were confronted with growing citizens and politics mobilizations who questioned the industry expertise and the government capacity to protect the public interests and the environment. Based on the advocacy coalition framework, this thesis seeks to explain the Quebec government’s decision to suspend the certificates of authorization (in other words, to impose an administrative moratorium) in the uranium industry even though the most advanced project, the Matoush Project, received all the administrative authorization. By studying and comparing the mobilized coalitions on this issue and their influence on the successive governments, this research should bring a new light on neglected elements of analysis from the advocacy coalition framework.

Langue:  
Mots clés:  
Numéro unique:   
Version 2.3