Chargement...
[Précédent] [Suivant] [Retour aux résultats]
Portes ouvertes sur l'institutionnalisation de la folie à Québec: étude de l'Asile de Beauport, 1845-1893


:

De courts extraits de mémoires ou thèses peuvent être copiés sans l’autorisation de l’auteur à condition que celui-ci soit dûment cité. Afin de respecter le droit d’auteur, celui-ci doit autoriser préalablement tout emprunt dépassant l’utilisation équitable .
Lien permanent:  
Résumé:

Ce mémoire porte sur la mise en oeuvre de la politique d’institutionnalisation de la folie en milieu asilaire durant la seconde moitié du XIXe siècle à Québec. L’étude se penche plus spécifiquement sur l’Asile de Beauport, premier asile permanent de la province de Québec. Cet établissement fut dirigé par trois générations de propriétaires, de son ouverture en 1845 jusqu’à ce qu’il soit pris en charge par les Soeurs de la Charité de Québec en 1893 selon un système qu’on appela l’affermage. L’accent de cette recherche est mis sur l’expérience et les interactions entre les différents acteurs - les propriétaires, membres du personnel médical et non médical, l’État, la famille et la communauté des patients - présents dans le processus d’institutionnalisation de la folie. Cette manière d’appréhender l’histoire de l’Asile de Beauport permet d’examiner une réalité parfois différente du cadre légal, réalité née de l’adaptation des acteurs en présence à un système dont l’objectif thérapeutique céda la place à celui d’une entreprise lucrative. Ce modèle de gestion à des fins lucratives s’est répercuté de manière manifeste à chacune des étapes de l’institutionnalisation asilaire, à savoir l’admission, l’internement et la décharge des patients.

Abstract:

This thesis concerns the process of institutionalizing madness in asylums, during the middle of the XIXth century in Quebec City. More specifically, this study is concerned with the Asile de Beauport, the first permanent asylum in the province of Quebec. This establishment was managed by three generations of owners, from its opening in 1845 until 1893, when it fell under the management of the Soeurs de la Charité de Québec, using the farming-out system. The main focus of this research examines the experiences and interactions between different players involved in the process of institutionalizing madness: owners, medical and non-medical staff, the State, the patient’s family and community. This approach to the history of the Asile de Beauport allows the examination of a reality often different from the legal context, a reality born from the adaptation of the various players to the system whose therapeutic objective was replaced by a capitalist enterprise. This profitfocused management model was manifest at every step of the asylum’s institutionalization, such as admission, internment and release of patients.

Langue:  
Mots clés:  
Numéro unique:   
Version 2.3