Chargement...
[Précédent] [Suivant] [Retour aux résultats]
Le travail du sexe : facteur de risque émergent de la séroconversion VIH chez les utilisateurs de drogue par injection du réseau SurvUDI


:

De courts extraits de mémoires ou thèses peuvent être copiés sans l’autorisation de l’auteur à condition que celui-ci soit dûment cité. Afin de respecter le droit d’auteur, celui-ci doit autoriser préalablement tout emprunt dépassant l’utilisation équitable .
Lien permanent:  
Résumé:

L’objectif de ce mémoire était de mieux comprendre l’apparition récente, dans les données de surveillance chez les utilisateurs de drogues injectables au Québec et à Ottawa, d’une association significative entre le travail du sexe et l’incidence du VIH. Les caractéristiques et comportements ont été comparés en fonction de l’activité sexuelle rapportée pour les six derniers mois, en séparant en trois catégories : les participants inactifs sexuellement, les participants actifs sexuellement rapportant des partenaires sexuels clients et les participants actifs sexuellement ne rapportant pas de partenaires clients. Les participants inactifs sexuellement avaient une incidence du VIH plus élevée, probablement en raison d’une dépendance plus lourde et d’une vulnérabilité plus importante. À l’autre extrémité du spectre d’activité sexuelle, le travail du sexe était associé indépendamment et significativement à l’incidence du VIH. D’autres études seront nécessaires pour comprendre si cette association est liée à la transmission sexuelle ou à d’autres facteurs de vulnérabilité.

Abstract:

The objective of this thesis was to better understand the recent appearance of a significant association between sex work and HIV incidence in surveillance data among injection drug users (IDUs) in Quebec and Ottawa. The characteristics and behaviours were compared based on sexual activity reported for the last six months, separated into three categories: sexually inactive participants, sexually active participants reporting client sexual partners and sexually active participants not reporting client partners. Sexually inactive IDUs had a higher HIV incidence rate, likely due to more profound dependence leading to increased vulnerability. At the other end of the spectrum of sexual activity, sex work was independently associated with HIV incidence among IDUs. Further studies are needed to understand whether this association is related to sexual transmission or other vulnerability factors.

Langue:  
Mots clés:  
Numéro unique:   
Version 2.3