Chargement...
[Précédent] [Suivant] [Retour aux résultats]
La production de l'actualité à l'ère numérique : une étude de la pratique des journalistes de la Tribune de la presse sur les réseaux socionumériques


:
:

De courts extraits de mémoires ou thèses peuvent être copiés sans l’autorisation de l’auteur à condition que celui-ci soit dûment cité. Afin de respecter le droit d’auteur, celui-ci doit autoriser préalablement tout emprunt dépassant l’utilisation équitable .
Lien permanent:  
Résumé:

Cette thèse porte sur les pratiques des journalistes politiques québécois en ligne et plus particulièrement sur les réseaux socionumériques. Jusqu’ici, peu d’études scientifiques ont analysé ces pratiques à l’extérieur des États-Unis et hors du contexte spécifique des campagnes électorales. Notre recherche vise à combler cette carence dans la littérature scientifique en communication politique et dans le domaine des études sur le journalisme. Les objectifs de la thèse sont les suivants : (1) décrire les usages que font les journalistes politiques de l’internet et des réseaux dans leur pratique professionnelle; (2) expliquer les motivations qui sous-tendent ces usages et; (3) rendre compte de la manière dont ces usages et ces motivations influencent les normes du journalisme politique. L’approche théorique du système médiatique hybride proposée par le politologue Andrew Chadwick (2013) nous sert de guide pour étudier le journalisme politique contemporain. Cette approche permet d’appréhender les processus de communication politique comme une hybridation entre des technologies, des genres, des pratiques et des normes anciennes et nouvelles. Pour mieux connaître et comprendre le journalisme politique à l’ère numérique, nous procédons à une étude de cas examinant les pratiques en ligne des journalistes de la Tribune de la presse du Parlement de Québec. Nous avons développé un devis innovant qui s’appuie sur les méthodes mixtes. Celui-ci comporte un volet d’analyse de contenu quantitative des messages diffusés sur le site de microblogage Twitter par les journalistes parlementaires. À ce volet s’ajoute une série d’entretiens semi-dirigés menés auprès de 28 journalistes de la Tribune de la presse. Dans un premier temps, nous brossons un portrait d’ensemble de l’utilisation que font les journalistes parlementaires de l’internet et des réseaux socionumériques. Puis, nous nous attardons à certaines dimensions de la pratique du journalisme politique en ligne. Une attention importante est accordée à l’utilisation que font les journalistes de Twitter. Tout d’abord, nous analysons la pratique qui consiste à diffuser de l’information en temps réel. Nous étudions aussi les motivations qui sous-tendent cette pratique. Notre analyse révèle que les raisons qui expliquent l’instantanéité ne se limitent pas à la technologie qui la rend possible. La concurrence dans l’industrie des médias, la recherche de visibilité et les demandes exprimées par la direction des organisations médiatiques constituent des motivations importantes pour diffuser de l’information en temps réel, une pratique qui constitue désormais la norme. Nous examinons ensuite différentes manifestations de l’ouverture – et de la fermeture – des correspondants parlementaires à la participation du public dans la production de l’actualité sur les réseaux socionumériques. Plus spécifiquement, nous recensons les éléments de transparence à l’égard du public, de dialogue et de partage du rôle traditionnel de sélectionneur d’information (gatekeeper) dans les messages des journalistes sur Twitter. Nous observons que la spécificité du journalisme parlementaire et la conception que se font les journalistes de leur rôle constituent autant de barrières à la participation du public au processus de construction de l’actualité politique. Enfin, nous traitons du rapport des journalistes politiques québécois à l’idéal d’objectivité, un principe central du journalisme moderne en Amérique du Nord. Nous recensons la présence d’autopromotion et, dans une moindre mesure, d’opinion et d’humour dans les messages publiés par les journalistes sur Twitter. Cette thèse documente une pratique émergente durant son développement et présente des données empiriques inédites sur la pratique des journalistes politiques québécois sur les réseaux socionumériques. Elle décrit le caractère complexe et hybride des pratiques des journalistes politiques en ligne. Elle révèle comment les facteurs économiques et organisationnels contribuent à façonner les utilisations de la technique. Dans un contexte de crise de revenus dans l’industrie des médias, la concurrence entre les organisations médiatiques et les pressions organisationnelles favorisent une pratique orientée vers la diffusion en temps réel et l’autopromotion. Malgré le potentiel interactif des réseaux socionumériques, l’ouverture des journalistes à la participation des citoyens dans la production de l’actualité politique est encore marginale. Les journalistes politiques demeurent aussi attachés à l’idéal normatif de l’objectivité, mais cet idéal coexiste avec une pratique en ligne qui comporte des éléments de subjectivité. Ces continuités et ces transformations décrites par les journalistes font l’objet de débats au sein de la profession. Notre travail vise à éclairer ces discussions dans un contexte de changement et d’incertitude.

Abstract:

This thesis focuses on the contemporary practice of political journalism in Québec. More precisely, it investigates the practice of parliamentary journalists online and specifically on social networking sites. Since now, few studies have analysed how political journalists use social media platforms, particularly in non-US contexts and outside of election campaigns. This work aims to fill this gap in journalism studies and political communication literatures by asking three main questions: (1) how and to what extent do political journalists use internet and social media in their professional practice; (2) what are their motivations to do so; (3) how these uses and motivations influence norms and standards of political journalism? Andrew Chadwick’s (2013) hybrid media system theoretical approach guided us through our study of political journalism. This perspective allowed us to conceptualize political communication processes as a hybridization of old and new technologies, genres, practices and norms. To better understand political journalism in the digital age, we conducted a case study of the practices of parliamentary journalists of the National Assembly Press Gallery in Quebec. We developed an innovating mixed methods design which includes a quantitative content analysis of the messages posted by the parliamentary correspondents, on the microblogging site Twitter, and a series of 28 semi-structured interviews with these journalists. Based on these observations, we draw an overall picture of the parliamentary journalists’ uses of internet and social networking sites. Then, we examine in closer details a few dimensions of their practice online, paying specific attention to their uses of Twitter. First, we analyze how and to what extent they convey information in real time. We also investigated the reasons that motivate them to do so. Our data reveals that instantaneity is not only the result of technological affordances. Intense competition in the media industry, a constant quest for visibility and organizational pressures were cited as key motivations to convey information immediately, which became the norm. Second, we studied journalists’ openness to public participation in the construction of political news. More specifically, we looked for elements of transparency, dialog and gatekeeping sharing in the messages conveyed by Quebec political journalists on Twitter. Except for transparency, these elements were rare. The specificity of parliamentary journalism and the way journalists conceived their audience were cited as barriers to the public’s participation in the construction of political news. Finally, we examined political journalists’ relationship with the normative ideal of objectivity, a central norm of North American journalism. We observed the presence of self-promotion and, to a lesser extent, opinion and humour in the messages published by parliamentary journalists on Twitter. This thesis documents an emerging practice during its development. It presents original data on Quebec political journalists’ practice on social networking sites. It describes the complex and hybrid character of their practice. It also shows how economic and organizational factors contribute to shape the uses of technological tools. In a context of crisis in the media industry, competition and organizational pressures encourage practices of immediacy and self-promotion. Despite the interactive potential of social networking sites, journalists’ attitude toward public participation in the construction of political news remains relatively closed, with a few individual exceptions. Political journalists are still attached to the norm of objectivity, but their online practices also shows elements of subjectivity. These continuities and transformations described by Quebec political correspondents are part of a broader debate in the journalistic community. Our work aims to contribute to this discussion by shedding light on a quickly evolving and highly uncertain context.

Langue:  
Mots clés:  
Numéro unique:   
Version 2.3