Chargement...
[Précédent] [Suivant] [Retour aux résultats]
Impact d’une réduction d’une année d’étude sur les salaires: résultats empiriques à partir de l’introduction des Cégeps


:
:

De courts extraits de mémoires ou thèses peuvent être copiés sans l’autorisation de l’auteur à condition que celui-ci soit dûment cité. Afin de respecter le droit d’auteur, celui-ci doit autoriser préalablement tout emprunt dépassant l’utilisation équitable .
Lien permanent:  
Résumé:

Ce mémoire cherche à évaluer l’impact d’une réduction d’une année de scolarité sur les salaires. Plusieurs travaux de recherche ont montré l’importance des formations universitaires sur l’employabilité et les salaires. Des scientifiques ont également investigué sur la question des écarts salariaux. La plupart d’entre eux s’appuient sur des théories économiques, et tentent de répondre à cette problématique par les différents niveaux de formation scolaire au sein d’un groupe d’individus, ou encore par le nombre d’années d’expérience sur le marché du travail. Leurs résultats distincts mettent en évidence la difficulté à expliquer intégralement les différences de salaires. Dans ce mémoire, nous nous appuyons sur la réforme du système éducatif québécois survenu en 1967, pour évaluer l’impact d’une réduction d’une année de scolarité sur les salaires. Suite à l’actualité socio-éducative qui prévalait à cette époque, le gouvernement Lesage a été amené à prendre en considération le rapport fourni par la commission Parent sur la réforme du système éducatif. Nous nous intéressons donc de façon particulière au passage du cours classique au Cégep. À la base, le cours classique était de huit ans et sanctionné par un baccalauréat ès arts. Avec la création du Cégep, le nombre total d’années d’étude avant l’université a été réduit à sept. Ceci a occasionné en 1968 l’entrée simultanée de deux cohortes d’étudiants en première année d’université. Pour réaliser cette étude, nous utilisons les données de la division des opérations de Statistique Canada, sur le Recensement de la population de 1981. À partir d’une approche de Regression Discontinuity design, nous confirmons qu’une année de scolarité en moins affecte négativement les salaires, de façon significative. Cet effet est de 18% dans notre meilleure spécification.

Abstract:

This report aims to evaluate the impact of a reduction of one year of schooling on future wages. Several research studies have shown the importance of university training on employability and wages. Scientists have also investigated the issue of wage differentials. Most of them rely on economic theories, and try to explain this issue by the different levels of education by differences in educational attainment within a group of individuals, or by the number of years of experience in labor market. Their distinct results highlight the difficulty in explaining wage differences as a whole. In this master’s thesis, we rely on the reform of Quebec’s education system in 1967, to evaluate the impact of an extra year of schooling on remuneration. Following the current socio-educational situation prevailing at that time, the Lesage government was led to take into consideration the report provided by the Parent commission on the valuation of the education system. We are particularly interested in the graduation from classical courses to CEGEP. Initially, the classical course was eight years old and culminated in a Bachelor of Arts degree. The creation of the CEGEP reduced the number of years of study before university to seven. This led in 1968 to the simultaneous entry of two cohorts of students in the first year of university. This study uses data from the Statistics Canada operations division on the 1981 Census of Population. Based on a Regression Discontinuity design approach, we have confirmed that one less year of schooling negatively affects Wages, significantly. This effect is 18% in our best specification.

Langue:  
Mots clés:  
Numéro unique:   
Version 2.3