Chargement...
[Précédent] [Suivant] [Retour aux résultats]
Éthique et logique au XIIIe siècle : Problèmes logico-épistémologiques dans les premiers commentaires artiens (1230-1250) sur l’Éthique à Nicomaque- Étude doctrinale, édition critique et traduction française sélectives de l'anonyme Lectura Abrincensis in Ethicam Veterem (ca. 1230-1240)


:
:

De courts extraits de mémoires ou thèses peuvent être copiés sans l’autorisation de l’auteur à condition que celui-ci soit dûment cité. Afin de respecter le droit d’auteur, celui-ci doit autoriser préalablement tout emprunt dépassant l’utilisation équitable .
Lien permanent:  
Résumé:

Au début du XIIIe siècle, les maîtres ès arts de l’Université de Paris donnent des cours sur l’Éthique à Nicomaque d’Aristote, récemment incorporée au corpus scolaire dans la traduction latine de Burgundio de Pise. Cette première réception de l’Éthique (fondée sur une version incomplète comportant uniquement les trois premiers livres) a été l’objet de diverses discussions. Faut-il voir dans les premières tentatives d’interprétations des artiens une lecture naïve, fort influencée par la théologie, qui « mésinterprète » le texte en le rendant compatible avec la vision chrétienne ? Ou est-il possible de trouver dans ces premiers commentaires une interprétation de l’Éthique qui peut être appelée philosophique au sens propre, et qui est capable de reconnaître les problèmes posés par le texte aussi bien qu’un lecteur d’aujourd’hui ? Ce travail essaie de mettre en relief la valeur proprement philosophique de ces premiers cours artiens sur l’Éthique à travers l’étude approfondie de l’un de ces premiers commentaires : la Lectura Abrincensis in Ethicam Veterem (ca. 1230-1240), texte anonyme qui est ici, pour la première fois, l’objet d’une édition critique sélective (accompagnée d’une traduction française). L’étude propose aussi de comparer la Lectura Abrincensis avec d’autres textes artiens de la période 1230-1250 : le Commentaire de Paris (anonyme, ca. 1235-1240), l’Expositio super Ethica Nova et Vetere de Robert Kilwardby (ca. 1245) et la Lectura cum questionibus in Ethicam Novam et Veterem de l’anonyme communément appelé Pseudo-Peckham (1240-1244). Cette étude comparative se développe autour d’un thème bien précis : les problèmes logico-épistémologiques qui découlent des considérations méthodologiques faites par Aristote lui-même dans ÉN II, 2 (1103b25-30), ÉN I, 1 (1094b11-21), et ÉN II, 2 (1103b34-1104a8). Reconnaissant que l’Éthique a une double finalité, l’une pratique (devenir bons) l’autre théorique (connaître ce qu’est la vertu), les maîtres essayeront de trouver la meilleure manière d’articuler ces deux dimensions sans nuire au caractère proprement scientifique de l’Éthique.

Langue:  
Mots clés:  
Numéro unique:   
Version 2.3