Chargement...
[Précédent] [Suivant] [Retour aux résultats]
Du Discours sur l'inégalité au Contrat social: Cohérence et paradoxes dans la philosophie politique de Jean-Jacques Rousseau


:

De courts extraits de mémoires ou thèses peuvent être copiés sans l’autorisation de l’auteur à condition que celui-ci soit dûment cité. Afin de respecter le droit d’auteur, celui-ci doit autoriser préalablement tout emprunt dépassant l’utilisation équitable .
Lien permanent:  
Résumé:

Ce mémoire affronte le problème de l’unité de la pensée de Rousseau, en particulier dans son versant politique. Il met en évidence la place centrale qu’occupe, dans sa philosophie, la thèse de la bonté naturelle de l’homme, et défend l’idée que les grandes articulations du Contrat social en sont des ramifications. Pour ce faire, il montre d’abord que les principes du droit politique représentent pour Rousseau la solution à un problème inhérent à la condition sociale de l’homme, problème développé dans le Discours sur l’inégalité. Les deux premiers chapitres du mémoire sont pour cette raison consacrés entièrement à une étude du second discours, où Rousseau pose le principe de la bonté naturelle de l’homme, puis décrit la façon dont celle-ci s’altère et finit par se corrompre dans la vie sociale. Les troisième et quatrième chapitres, quant à eux, contiennent une étude minutieuse du Contrat social, qui met d’une part en lumière le lien de continuité unissant l’ouvrage au Discours sur l’inégalité, et qui, d’autre part, démontre que ses tensions doctrinales résultent justement de son rattachement à la thèse de la bonté naturelle de l’homme.

Langue:  
Mots clés:  
Numéro unique:   
Version 2.3