Chargement...
[Précédent] [Suivant] [Retour aux résultats]
Dynamique du bouleau gris (Betula populifolia) dans les tourbières ombrotrophes de la Montérégie (Québec)


:
:

De courts extraits de mémoires ou thèses peuvent être copiés sans l’autorisation de l’auteur à condition que celui-ci soit dûment cité. Afin de respecter le droit d’auteur, celui-ci doit autoriser préalablement tout emprunt dépassant l’utilisation équitable .
Lien permanent:  
Résumé:

Dans le sud du Québec, les milieux humides ont été grandement perturbés depuis l’arrivée des premiers colons européens, particulièrement au cours des 100 dernières années. L’une des conséquences de ces perturbations est l’installation d’espèces habituellement peu présentes dans ces écosystèmes, comme le bouleau gris (Betula populifolia), un arbre pionnier opportuniste. Ce projet avait pour objectifs de documenter les époques de son installation au sein des tourbières ombrotrophes de la Montérégie et d’examiner les facteurs ayant favorisé cet établissement. Les hypothèses posées sont que la présence du bouleau gris dans les tourbières est un phénomène récent (XXe siècle), et qu’elle est étroitement associée aux activités anthropiques ayant lieu en périphérie des tourbières, notamment l’agriculture. Afin de répondre aux objectifs et de vérifier les hypothèses émises, quatre types d’analyse ont été effectués pour dix tourbières: i) des analyses dendrochronologiques pour identifier les périodes d’établissement minimales du bouleau; ii) des analyses macrofossiles de tourbe de surface afin de reconstituer l’histoire botanique récente des tourbières; iii) des analyses des photographies aériennes afin de reconstituer la dynamique spatio-temporelle du boisement des tourbières et celle de l’utilisation des terres en périphérie, enfin iv) l’analyse des données météorologiques pour déterminer si le climat a pu favoriser l’installation du bouleau gris. On a montré que la colonisation des tourbières par le bouleau gris est récente, les individus s’étant majoritairement installés il y a moins de 50 ans. Cette colonisation faite suite dans la plupart des cas à un incendie. Elle semble aussi liée à l’accroissement des activités humaines en périphérie des tourbières qui ont sans doute favorisé l’assèchement des dépôts et l’établissement des semis d’arbres. Il est toutefois difficile d’établir une relation avec les précipitations estivales car elles furent plus abondantes lors des périodes d’établissement du bouleau gris. Par contre, la température pourrait avoir stimulé sa croissance. Mots clés : bouleau gris, tourbières, perturbations anthropiques, boisement, analyse macrofossile, dendrochronologie, photographies aériennes, données météorologiques, Québec

Langue:  
Mots clés:  
Numéro unique:   
Version 2.3